En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Permis de conduire : les prix varient du simple au double selon les départements

L’association de consommateurs CLCV a mené une enquête sur le permis de conduire. Bilan : les prix font le grand écart selon les départements, de même que les taux de réussite.

Permis de conduire auto

Préparer le permis de conduire a un coût pour les futurs automobilistes, mais ce dernier peut considérablement varier selon les zones. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’association de consommateurs CLCV dans 45 départements français et 665 auto-écoles. Pour un forfait « code + 20 heures de conduite », il faut compter 1079,15€ en moyenne, mais les disparités géographiques sont fortes :

  • A Lille, on trouve des formules à 699€
  • A l’autre bout de l’échelle, on en trouve à 1 700€ à Paris.

Au sein de la capitale, les prix moyens peuvent aussi considérablement varier. Pour le même forfait, les auteurs de l’étude ont relevé une formule à 750€ dans le 19ème arrondissement et une autre à 1 700€ dans le 12ème arrondissement. Pour expliquer ces différences de tarifs, la CLCV rappelle que « les auto-écoles déterminent librement leurs tarifs » et que « leurs charges (loyers, impôt…) diffèrent selon qu’elles soient situées dans une grande ou une petite ville ».

Les taux de réussite varient aussi

Autre constat de l’étude : il existe aussi de fortes disparités entre départements voisins concernant le taux de réussite à l’examen du permis de conduire. Pour la catégorie B, en 2017, la moyenne nationale s’élevait à 57,94%. A Paris, le taux moyen d’obtention est de 45,57%, contre 58,91% en Seine et Marne et 57,38% dans le Val de Marne. Un autre exemple : dans le Tarn-et-Garonne, le taux de réussite est de 54%, contre 72% dans le Gers.

Enfin, les enquêteurs notent que plus d’une auto-école sur dix (14%) n’affiche pas ses tarifs en extérieur, alors que la loi le prévoit. Lorsqu’il y a un affichage, les tarifs indiqués sont incomplets dans un tiers de cas. Quant au taux de réussite, il n’est apparent que dans 3% des cas.