En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : difficile d’obtenir une date de permis de conduire dans certains départements

Il est de plus en plus difficile pour les futurs automobilistes de passer l’examen du permis de conduire, faute de disponibilité. Le retard accumulé durant le confinement est en cause.

Dans de nombreux départements français, mieux vaut s’armer de patience si on souhaite passer le permis de conduire. En effet, comme le rapporte BFMTV, il est particulièrement compliqué d’obtenir une date pour le précieux sésame en ce moment. En cause bien sûr, le retard accumulé durant les mois de confinement : 350 000 examens n’ont pas pu avoir lieu entre mi-mars et mi-juin.

Certains départements, comme la Seine-Maritime ou la Dordogne, sont particulièrement débordés. « Par exemple aujourd’hui, une personne qui vient et qui a son code, qui veut passer le permis, je suis sur décembre… », expliquait par exemple à France Bleu Dordogne le 11 août Marina Masgonty, gérante de l’auto-école Zebra située à Périgueux.

90 000 places supplémentaires

Entre les candidats qui ont dû patienter durant le confinement et ceux qui sont prêts depuis peu, les listes d’attente s’allongent. 20 000 places supplémentaires avaient été débloquées et 70 000 ont été ajoutées jusqu’à la fin de l’année, soit un total de 90 000 places. Autres mesures mises en place : des passages d’examen le samedi avec des inspecteurs volontaires et un examen aménagé avec des questions en moins pour assurer le même nombre de passages par jour malgré les mesures sanitaires.

Les congés estivaux n’ont toutefois pas dû aider à améliorer la situation. « Ce dispositif de 90.000 places supplémentaires ne suffit pas, explique Philippe Colombani, président du syndicat UNIC (Union nationale des indépendants de la conduite). S’il y a plus de places mais qu’il y a moins d’inspecteurs, à la fin, ce sont des places en moins ». Reste à savoir si la situation parviendra à être régularisée d’ici la fin de l’année.