En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : les routes secondaires seront bien limitées à 80 km/h

Le gouvernement a entériné l’abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires. Une réforme qui est loin de satisfaire tous les automobilistes et élus locaux.

vitesse limite 80

La réforme de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes secondaires sera bel et bien mise en place. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, l’a confirmé ce mercredi 7 mars : « ce dispositif sera expérimenté dès le 1er juillet ». Il a également été annoncé que l’efficacité de la mesure serait évaluée au bout de 2 ans, à l’horizon de 2020.

En réduisant la vitesse de 90 à 80 km/h sur les voies secondaires sans séparation, le gouvernement espère épargner entre 350 et 400 vies par an et réduire les accidents. Environ 400 000 kilomètres de routes à double sens sont concernés par la mesure.

Une réforme contestée

La réforme est toutefois loin de faire l’unanimité. Le porte-parole a eu beau rappeler l’unité du gouvernement sur le sujet, ce n’est pas le cas de tous les élus locaux. La semaine dernière, les présidents de 28 départements, en majorité ruraux, ont en effet enjoint le gouvernement à renoncer à cet abaissement de la limitation de vitesse, ou à réfléchir à une application au cas par cas, en fonction des routes.

Les associations d’automobilistes et de motards ont également tenté de se faire entendre ces derniers jours, via des manifestations et des pétitions. Des arguments qui n’ont pas été entendus par le gouvernement, prêt à être « impopulaire » pour « sauver des vies », pour reprendre les mots du Premier ministre Edouard Philippe.