En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les usagers rejettent massivement le périphérique parisien à 50 km/h

La ville de Paris a mené une étude pour connaître l’avis des automobilistes sur un potentiel abaissement de la vitesse sur le périphérique parisien, à 50 km/h. Bilan : les usagers y sont très opposés.

Réduire la vitesse à 50 km/h sur le périphérique parisien ? Très peu pour les usagers de cet axe. La ville de Paris a organisé une étude auprès de 4 000 personnes pour les sonder, et le résultat est sans appel. Les automobilistes ne veulent pas de réduction de vitesse sur le périphérique, qu’ils considèrent comme « la ligne la plus directe et surtout la mieux maîtrisée », selon le bilan.

Comme l’a rapporté Le Parisien, la perspective d’un abaissement de la vitesse de 70 à 50 km/h a suscité un « rejet immédiat brutal ». Les usagers interrogés ne semblent pas convaincus par les avantages attendus de cette nouvelle limitation. A savoir : une potentielle baisse de la pollution atmosphérique, de la pollution sonore et du nombre d’accidents.

Les voies en question

Mais la vitesse n’est pas le seul sujet qui fâche. Les usagers du périphérique rejettent aussi l’idée de mettre en place une voie réservée aux véhicules propres. Une proposition jugée discriminante et qui ne répondrait pas aux contraintes de certains professionnels, comme les artisans ou les livreurs. En revanche, les sondés sont plus ouverts à l’idée d’une voie réservée aux bus et véhicules de secours ou aux personnes qui font du covoiturage avec 3 ou 4 personnes par véhicule.

Les sondés sont par ailleurs peu enclins à réduire le nombre de voies sur le périphérique. « De manière générale, la place centrale qu’occupe aujourd’hui le boulevard périphérique dans le quotidien de ses actuels usagers le rend très sensible à toute mesure visant à modifier sa configuration », explique le rapport. Il faudra donc du temps et beaucoup de pédagogie pour d’éventuelles évolutions.