En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : un rapport recommande de réduire le périphérique parisien à 50 km/h

Des élus parisiens ont remis un rapport sur l’avenir du périphérique. Celui-ci préconise notamment d’abaisser la vitesse maximale autorisée pour les automobilistes de 70 km/h à 50 km/h.

peripherique

La vitesse maximale autorisée sera-t-elle réduite sur le périphérique parisien ? C’est en tout cas ce que recommande la Mission d’information et d’évaluation (MIE). L’organisme préconise en effet d’abaisser la vitesse de 70 km/h à 50 km/h. L’objectif d’une telle mesure : réduire la pollution et les nuisances sonores, mais aussi fluidifier le trafic.

A l’approche des prochaines élections municipales, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique pourrait être une question phare des débats à Paris. La maire actuelle, Anne Hidalgo, s’est prononcée en faveur du projet. « Il est clair que l’abaissement de la vitesse à 50 km/h est une proposition que je prends, et pas à un horizon 2024 », a annoncé l’élue.

Le périphérique parisien, qui s’étend sur 35 kilomètres, accueille tous les jours plus d’un million d’automobilistes.

D’autres préconisations pour le périphérique

Le rapport de la MIE ne se limite pas à des recommandations sur la vitesse autorisée sur le périphérique. Il contient au total 40 propositions, dont beaucoup devraient être soumises au vote du Conseil de Paris le 11 juin prochain. Parmi les autres pistes évoquées :

  • Rétrécir le nombre de voies, en passant de trois ou quatre voies à deux voies ;
  • Réserver une troisième voie spécifique aux véhicules propres, de secours et de covoiturage ;
  • Exclure certains poids lourds en transit, qui devraient trouver d’autres itinéraires.

La question du périphérique parisien demeure « un sujet mythique, objet de polémiques et d’affrontements », qui devrait susciter plus d’une réaction. L’association 40 millions d’automobilistes a déjà évoqué les 50 km/h comme une « décision dramatique ».