En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : un rapport conforte les 80 km/h sur les routes secondaires

La Sécurité routière a publié un rapport sur les routes secondaires. Bilan : elles seraient bien dangereuses pour les automobilistes, ce qui conforte le choix du gouvernement d’abaisser la vitesse de 90 à 80 km/h.

limitation vitesse

Les opposants à l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires vont devoir trouver de nouveaux arguments. L’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) a publié une étude qui montre chiffres à l’appui que les axes secondaires sans séparateur sont bel et bien dangereux.

En effet, d’après le rapport :

  • 20% de ces routes concentrent 50% de la mortalité routière :
  • 9 579 individus ont perdu la vie sur ces routes entre 2012 et 2016, ce qui représente plus de la moitié des personnes décédées.

Ainsi, « alors que l’on croit que ces routes sont les plus sûres, en réalité ce sont celles qui enregistrent le plus d’accidents mortels », constate la Sécurité routière.

Des facteurs explicatifs

Comment expliquer la dangerosité de ces routes secondaires ? Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, voit 2 justifications principales. D’une part, le trafic y est plus important, et d’autre part, il y règne une « impression de sécurité dégagée », qui donne aux conducteurs le sentiment de pouvoir prendre de la vitesse.

Pour rappel, l’abaissement de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes secondaires a suscité de vives réactions. Certains élus avaient notamment demandé à ce que la mesure ne soit pas appliquée à l’ensemble des axes mais décidée au cas par cas. Des revendications qui n’ont pas été entendues par le gouvernement, qui prévoit une entrée en vigueur de la loi en juillet 2018.