Signaler les forces de l’ordre sur Waze et Coyote sera-t-il interdit ?

Un décret prévoit d’interdire le signalement des forces de l’ordre sur les applications de conduite. Cette mesure, qui entrerait en vigueur en novembre 2021, exaspère les associations d’automobilistes.

gendarmerie

La Ligue de défense des conducteurs est montée au créneau, suite à la parution dans le Journal officiel d’un décret, le 19 avril. Celui-ci vise à interdire le signalement des contrôles de vitesse par les forces de l’ordre sur toutes les applications de conduite telles que Waze et Coyote. Ce décret prévoit même une date d’entrée en vigueur, fixée au 1er novembre 2021.

Le texte précise ainsi « les modalités d’interdiction de rediffuser tout message de nature à signaler la présence des forces de l’ordre sur les services électroniques ». Le ministre de l’Intérieur et le préfet sont les deux personnes qui peuvent prendre cette décision de blocage des signalements, sur la demande des gendarmes et des policiers.

Automobilistes : ces 5 applications qui vont vous changer la vie !
Lire l'article

Le signalement des contrôles de vitesse menacé ?

Il ne s’agit donc pas d’interdire les contrôles de vitesse mais que les « forces de l’ordre puissent pendant un temps limité et dans un périmètre circonscrit, brouiller les messages envoyés par les applications (…) pour des opérations antiterroristes, des alertes enlèvements, des barrages effectués suite à l’évasion de personnes dangereuses, mais aussi des contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants », comme l’a précisé la rapporteuse Zivka Park.

Mais la Ligue de défense des conducteurs est méfiante et a déjà collecté 325 000 signatures sur une pétition visant à empêcher ce décret d’entrer en vigueur. « En signalant leur présence aux conducteurs, les applications permettent de manière très active à la sécurité de tous et stabilisent le flux de circulation à la vitesse maximale autorisée », explique l’association. Les applications concernées, Waze et Coyote, ont quant à elles affirmé que ce décret ne changerait rien à la situation actuelle.