Radars : quelles sont les régions et les départements qui en comportent le plus ?


Ennemi de certains automobilistes, ami d’autres conducteurs, le radar fait partie du paysage autoroutier français depuis les années 1970. Face aux excès de vitesse, ces dispositifs de contrôle de la vitesse se sont automatisés à partir de 2003. Alors, pour garder son permis de conduire intact, petit tour d’horizon des régions et départements français qui en comportent le plus avec, en prime, un rappel sur les différents types de radars en fonctionnement !

Plus de radars dans la moitié nord de la France

La Sécurité routière met à disposition des conducteurs, sur son site Internet*, une carte interactive sur laquelle vous pourrez retrouver l’emplacement de l’ensemble des radars automatiques, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la région parisienne n’est pas en reste ! Ce sont plusieurs centaines de radars qui sont installés en département francilien et qui flashent tous les jours les conducteurs.

Pour exemple, en 2019, un radar dans la commune de Massy (Essonne) a flashé 129 142 fois (A10, direction Bordeaux). Le département de Paris a pris en flagrant délit d’excès de vitesse plus de 702 000 véhicules en 2020. Juste derrière, les départements des Alpes-Maritimes et du Rhône ont respectivement cumulé plus de 582 000 et 560 000 flashs l’année dernière.

Parmi les radars les « plus rentables », on pensera également à ceux de (chiffres 2019) :

  • Cagnes-sur-Mer (A8, sens Aix-en-Provence), avec plus de 205 000 flashs en 2019 ;
  • Geipolsheim (A35) et Lille (A25) avec respectivement 161 725 et 161 233 flashs ;
  • Nice (A8, direction Menton) avec 90 065 flashs
  • Montpellier (A709, de Nîmes vers Béziers) avec 87 791 flashs.

On recense globalement plus de radars dans les régions de la moitié nord que dans la moitié sud. Outre l’Île-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur et le Rhône-Alpes font partie de celles ayant installé le plus de radars. 

Quoi qu’il en soit, retenez que de nombreuses sections d’autoroutes et de nationales (ou départementales) comportent un panneau de signalisation à l’approche d’un radar. Pour autant, l’implantation de ces panneaux « Pour votre sécurité contrôles radars fréquents » n’est pas systématique, en vertu de l’article 101-4 de l’arrêté du 4 mars 2013 :

« La signalisation d’une zone où la vitesse est contrôlée par un ou plusieurs dispositifs de contrôle automatisé peut être effectuée au moyen du panneau SR3a ou SR3b. »

panneaux-radars

Astuce Malynx !

Le compteur de vitesse de votre véhicule a beau afficher une vitesse précise, sachez que vous roulez à une vitesse inférieure à celle-ci. Une différence de quelques kilomètres/heures subsistera toujours. Pour en avoir le cœur net, observez la vitesse que votre GPS affiche, celle-ci ne sera pas la même que celle que vous verrez affichée sur le compteur. Attention toutefois à ne pas trop compter sur cet écart à l’approche d’une zone de contrôle.

Gare aux radars fixes… Et à tous les autres !

Si la grande majorité des automobilistes sont habitués aux radars dits « fixes », d’autres, plus discrets, commencent à se multiplier. Sur la route des vacances, prenez désormais garde aux voitures-radar (communément appelées radars mobiles) : il s’agit de véhicules équipés d’un dispositif de contrôle de la vitesse dont le flash, infrarouge, est quasi indétectable. Une raison de plus de (ne pas) sourire !

Gare également aux « radars autonomes ». Utilisés depuis quelques années maintenant, ces radars présentent la particularité d’être facilement déplaçables. Déployés aux abords d’une zone de chantier ou un itinéraire bien particulier, ces radars « nomades » tirent leur force de leur rapidité à être installés.

En effet, nombreux sont les conducteurs à avoir été « piégés » par une limitation de vitesse revue à la baisse provisoirement, dans le cadre d’un chantier non loin du tronçon en question. Par habitude ou mégarde (l’un amenant souvent à l’autre), il peut arriver de dépasser de manière non négligeable la vitesse autorisée et d’être flashés par ces radars.

Moins répandu, le radar tourelle fait désormais partie de l’arsenal de la Sécurité routière pour contrôler la vitesse des automobilistes, depuis 2018.

Radars tourelles : quelles infractions peuvent-ils détecter ?
Lire l'article

Enfin, les radars feu rouge (ou radar de feu tricolore), que l’on retrouve plus souvent en zones urbaines, peuvent punir les automobilistes qui « grillent » le feu rouge. Le radar feu rouge obéit au franchissement de deux lignes au sol équipées de capteurs magnétiques. 

La première ligne, au pied du feu rouge, est appelée « Ligne d’effet de feu ». Elle précède la seconde, 3 mètres plus loin. L’infraction est automatiquement constatée lorsque les 4 roues de votre véhicule dépassent cette seconde ligne. Veillez donc à immobiliser votre véhicule à hauteur du feu rouge pour éviter toute mauvaise surprise.

*https://radars.securite-routiere.gouv.fr/#/

Cet article vous a-t-il été utile ?