En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Radars : 91% des recettes reversées en faveur de la sécurité routière

Le ministère de l’Intérieur a publié un rapport sur l’utilisation des recettes des radars. Plus de 91% d’entre elles servent à lutter contre l’insécurité routière.

radars recettes

Que les automobilistes soient rassurés. Dans leur quasi-totalité (91,2%), les recettes des radars servent à financer la lutte contre l’insécurité routière. C’est ce qu’explique en détail un rapport annexé au Projet de loi de finances 2019. Cela représente la somme de 924,5 millions d’euros.

Concernant les 8,8% restants, soit 88,7 millions d’euros, le rapport stipule qu’ils ont été affectés au désendettement de l’Etat. La publication du rapport s’inscrit dans une volonté de transparence des pouvoirs publics « sur l’affectation du produit des amendes liées au contrôle radar ».

La répartition des recettes

Concrètement, hormis le pourcentage utilisé pour le désendettement de l’Etat, les recettes générées par les radars sont réparties entre 3 destinataires :

  • L’Agence de financement des infrastructures de France (AFITF) a reçu 404,5 millions d’euros, qui ont servi à améliorer le réseau routier et sa sécurité ;
  • Les collectivités territoriales ont reçu 270 millions d’euros pour financer des projets de sécurité routière ;
  • La Délégation à la sécurité routière (DSR) a reçu 249 millions d’euros pour « déployer et maintenir les systèmes automatiques de contrôle et de sanction ».

Les recettes des radars ont augmenté ces dernières années. Elles devraient avoisiner les 1,029 milliards d’euros en 2018, d’après les estimations du gouvernement. Toutefois, celui-ci rappelle que « la décision d’implanter ou d’utiliser des radars n’est jamais prise en considération d’intérêts financiers, mais uniquement pour contribuer à la réduction des morts et des blessés sur nos routes ».