En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Radars : des recettes en forte baisse en 2019

En 2019, les radars rapporteront moins à l’Etat que les années précédentes. Les destructions massives de ces équipements peuvent notamment expliquer ce manque à gagner.

Un manque à gagner bien plus important que prévu. Selon une information Les Echos, en 2019, les recettes générées par les radars routiers risquent de connaître un net recul. Ces installations devraient rapporter entre 500 et 600 millions d’euros cette année, soit moins bien moins qu’en 2017 (824,7 millions) et 2018 (682,7 millions).

Le compte est par ailleurs bien loin des estimations qui avait été projetées pour 2019. Il y a un an, le gouvernement tablait en effet sur 1,04 milliard d’euros de recettes. « Il y a un vrai décrochage », a concédé une source gouvernementale aux Echos.

Les destructions de radars en cause

Cette tendance peut principalement s’expliquer par les destructions de radars, initiées avec la mise en place de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires et amplifiées lors du mouvement des gilets jaunes. Le taux de disponibilité des radars est ainsi passé de 93% en 2017 à 75% en 2019. N’étant plus en état de fonctionner, les équipements n’ont logiquement pas pu générer les recettes espérées.

Autre explication, plus encourageante : la baisse des recettes pourrait traduire une évolution des comportements. Selon le gouvernement, on constate depuis quelques années « une légère baisse de la vitesse moyenne des véhicules de tourisme ». Sur les routes limitées à 80 km/h depuis juillet 2018, la vitesse moyenne a baissé de 2 km/h.