Radars : quel est celui qui a flashé le plus de véhicules en 2020 ?

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a récemment publié son bilan annuel sur les infractions routières et les excès de vitesse pour l’année 2020. Et parmi les quelques 4 000 radars en fonctionnement sur le territoire, l’un d’entre eux se montre particulièrement efficace lorsqu’il s’agit de flasher les autos un peu trop pressées… 

Radars quel est celui qui a flashé le plus de véhicules 2020

19 infractions par heure pour un radar du Sud de la France

N’entretenons pas davantage le suspense ! Il s’agit d’un radar dans le sens Nice/Aix-en-Provence, sur l’autoroute A8, qui a flashé le plus d’automobilistes en 2020. Avec 169 748 excès de vitesse relevés, il s’agit certes du radar ayant le plus flashé il y a deux ans en France, même s’il est loin de ses chiffres de l’année précédente. En effet, en 2019, ce sont 205 510 flashs qui ont été déclenchés avec une moyenne d’un peu plus de 560 véhicules flashés par jour (contre près de 465 en 2020). Cette baisse non négligeable s’explique légitimement par les mesures prises pour endiguer l’épidémie, mesures comprenant notamment télétravail, couvre-feu et confinement.

Alors, comment expliquer une telle efficacité à l’année ? La réponse se trouve sans doute dans l’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur le segment en question. Celle-ci est passée de 110 km/h à 90 km/h, le 1er octobre 2018, prenant donc sans doute à défaut les automobilistes habitués à qui l’information (et la vigilance de la signalisation ?) aurait échappé.

Radars : quels sont les départements et les régions qui en comportent le plus ?
Lire l'article

Radars : des chiffres en baisse

Pour information, ce ne sont pas moins de 24 millions d’infractions qui ont été relevées en France en 2020. Autre donnée intéressante : on dénombre 18,5 millions de flashs automatiques, pour « seulement » 12,9 millions d’infractions constatées, soit près de 30 % des MIF (messages d’infractions) qui n’ont pas pu faire l’objet d’un avis de contravention, et ce, pour diverses raisons : flash du radar obstrué, plaques d’immatriculation illisibles (en mauvaise état ou provenant de l’extérieur de l’Union européenne…), problème technique…

La baisse de 29 % du nombre d’infractions relevées (par rapport à 2017, une année record), coïncide, à l’image du radar de l’axe Nice/Aix-en-Provence, à la baisse de la fréquentation des routes due à la crise sanitaire.

Radars automatiques : attention aux fausses dénonciations !
Lire l'article