En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les radars automatiques flashent plus et rapportent plus à l’Etat

Les radars automatiques ont flashé pas moins de 25,6M de fois en 2016, résultant dans 16M d’avis de contraventions envoyés aux automobilistes Français. Des chiffres en hausse qui font grimper la recette de l’Etat.

Radars automatiques

Avec 25,6M de flashs en 2016, les radars automatiques ont pris 26,3% de photos supplémentaires que l’année précédente. « La transformation du flash en avis de contravention est en augmentation », signale la Sécurité routière, qui indique que suite aux contrôles effectués pour chaque photo, 16M d’avis de contraventions ont été envoyés, soit 20,6% de plus par rapport à 2015. « Preuve d’une meilleure efficacité du système », annonce l’organisme.

Une augmentation des contraventions qui renforce alors les recettes liées aux amendes. Quelques 920M€ de recette ont été collectés par l’Etat en 2016, en augmentation de 18,5% par rapport à 2015. Une somme importante qui pourtant pâlit en comparaison des 3,4Mds€ dépensés par l’État chaque année par la Sécurité routière et les 35Mds€ de préjudice annuel pour la société.

Plus de voitures-radars et de radars double-sens

D’après le rapport de la Sécurité routière, la hausse des avis de contraventions est essentiellement liée à :

  • l’activité des radars autonomes protégeant les personnes travaillant sur les chantiers ;
  • l’augmentation des radars double-sens (+400 unités) ;
  • l’augmentation des voitures-radars (+124 voitures).

Les nouveaux échanges transfrontaliers d’informations avec 12 pays d’Europe (Espagne, Pologne, Italie…) ont également causé une forte hausse (+40,5%) des contraventions envoyées aux propriétaires des véhicules immatriculés à l’étranger flashés en France.

Dans l’Hexagone, 6 radars ont flashé plus de 100 000 fois. Ils sont placés sur des axes très circulants. La Sécurité routière précise « qu’ils ne doivent pas faire oublier ceux qui flashent peu, mais sont maintenus en raison de leur bénéfice pour la sécurité routière. »