En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Radars détruits : un manque à gagner de 660 millions d’euros pour l’Etat

Les destructions de radars représenteraient pas moins de 660 millions d’euros de manque à gagner pour l’Etat français, selon une information du journal Les Echos. En plus de l’aspect financier, les conséquences directes seraient l’augmentation des risques d’accidents pour les automobilistes.

Radars automatiques

Les trois-quarts des radars sur les routes françaises ont été détériorés ou détruits ces derniers mois d’après le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Ainsi, selon des chiffres révélés par Les Echos, ces actes de vandalisme constituent des pertes de revenus pour l’Etat de l’ordre de 209 millions d’euros en 2018 et 455 millions en 2019.

Ces deux sommes additionnées, le manque à gagner représente 660 millions d’euros, sans compter les réparations des radars vandalisés. Pour rappel, sur les dernières années, cette facture s’élève en moyenne à près de 10 millions d’euros par an. Nul doute que la question des radars perchés ou cachés risque ici de revenir sur la table des discussions.

Un budget transports à la baisse

D’autre part, le gouvernement a dû revoir la redistribution de cet argent. Le budget des transports va donc être fortement impacté cette année. Par exemple, l’enveloppe consacrée à la Sécurité routière a été abaissée de 57 millions d’euros et celle des collectivités territoriales de 60 millions.

Enfin, les derniers chiffres de la mortalité sur les routes françaises indiquent une recrudescence des décès depuis le début de l’année 2019. Selon le gouvernement, cette tendance serait directement issue de la hausse des radars détériorés ou détruits, ne remplissant plus leur fonction de dissuasion sur les excès de vitesse.