En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

La vitesse maximale sur les autoroutes passera-t-elle à 110 km/h en France ?

La Convention Citoyenne pour le Climat a remis ses propositions pour lutter contre le réchauffement climatique. Elle préconise entre autres de réduire la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h.

Trafic autoroute

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC), constituée de 150 Français tirés au sort, a remis en fin de semaine ses propositions pour lutter contre le réchauffement climatique. Et parmi elles, une recommandation concerne directement les automobilistes. Les participants suggèrent en effet de réduire la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes françaises, en l’abaissant de 130 km/h à 110 km/h.

L’idée, qui n’est pas nouvelle a déjà été évoquée au cours de précédents quinquennats, permettrait une réduction « énorme » des émissions polluantes, selon l’association France Nature Environnement. « Et c’est sans compter la diminution du bruit et des particules fines présentes aux abords des routes, qui sont constamment remises en suspension par le trafic », commentait dans Ouest-France Anne Lassman-Trappier, du directoire Transports et mobilité durables de l’association.

Une mesure qui divise

Sans surprise, la proposition a suscité de vives réactions. Déjà au sein des participants de la CCC : la mesure n’a été votée qu’à 60% des voix, quand les autres propositions retenues ont obtenu des scores au-delà des 90% d’adhésion. Mais les contestations les plus fortes viennent de l’extérieur. L’association 40 millions d’automobilistes a d’ores et déjà mis en ligne une pétition qui recueille plus de 400 000 signatures et dénonce « une mesure complètement déconnectée de la réalité ».

Reste à savoir si la proposition créera autant de polémiques que celle de la mise en place des 80 km/h sur les routes secondaires. Lundi 22 juin, la ministre des Transports Elisabeth Borne s’est déclarée favorable « à titre personnel » aux 110 km/h.