En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Plus de 3 Français sur 10 ne respecteront pas la limitation à 80km/h

Alors que l’abaissement de la limitation de la vitesse à 80km/h sur les routes secondaires sera expérimenté dès le 1er juillet, les automobilistes continuent d’exprimer leur mécontentement. Selon un sondage, 36% des automobilistes déclarent ne pas vouloir respecter cette nouveauté.

Excès de vitesse

La réforme est de plus en plus contestée par les automobilistes selon un sondage BVA pour Nice Matin. Ainsi, alors que la limitation à 80km/h sur les routes secondaires va être effective au 1er juillet, 36% d’entre eux assurent qu’ils ne rouleront pas à cette vitesse. Un chiffre renforcé par le fait que les trois-quarts des Français se déclarent opposés à la réforme.

Pourtant, ce changement est censé réduire les accidents de la route et épargner entre 350 et 400 vies par an selon le gouvernement. Une explication réfutée par 79% des sondés estimant qu’elle sera inefficace pour faire baisser la mortalité. Néanmoins, pour éviter l’amende, 64% des automobilistes pensent s’y confronter.

D’autres mesures davantage soutenues

Les ruraux représentent la plus grande opposition à cette limitation de vitesse. 86% d’entre eux attestent d’ores et déjà qu’ils ne la respecteront pas et 91% l’estiment inefficace. Une fronde menée déjà depuis plusieurs semaines par des présidents de départements, en majorité ruraux, afin de mettre fin à cette réforme.

Par ailleurs, les Français privilégient des solutions plus sévères pour réduire les risques sur les routes. Près de 9 sondés sur 10 (87%) se disent « favorables à la généralisation de la vente d’éthylotests ». Enfin, 62% d’entre eux soutiennent la suspension du permis de conduire en cas d’infraction téléphone en main.