En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Automobile : à Lille, la vitesse maximale passe à 30 km/h presque partout

La ville de Lille a décidé d’abaisser la vitesse de 50 km/h à 30 km/h dans presque toutes ses artères. Le but : renforcer la sécurité des piétons et des usagers de la route, mais aussi réduire la pollution.

vitesse maximale 30 km/h

A Lille, les automobilistes vont devoir lever le pied. La métropole a en effet choisi d’abaisser la vitesse maximale autorisée de 50 km/h à 30 km/h sur presque toutes les voies de circulation. La mesure, dont l’application a commencé le 19 août, est mise en place de manière progressive. Chaque semaine, jusqu’au 31 octobre, de nouvelles parties de la ville seront concernées.

Comme le signale la Mairie, actuellement, 44% des artères lilloises sont déjà limitées à 30 km/h et 88% le seront d’ici fin octobre. Sur certains axes, il sera donc toujours possible de rouler à 50 km/h, à savoir les axes structurants, « qui permettent d’entrer dans Lille et d’en sortir » et les boulevards. La liste complète des axes concernés est disponible sur le site la Ville.  

Pour organiser ce changement de vitesse, 350 panneaux vont être posés et 200 repositionnés. Un marquage au sol est également prévu.

30 km/h : des objectifs multiples

La réduction de la vitesse presque partout dans Lille vise plusieurs objectifs, et en premier lieu la sécurité. En diminuant la vitesse, on réduit le risque d’accident. « La distance de freinage est réduite de moitié par rapport au 50 km/h », explique le site de la Ville. Mais la Mairie a d’autres arguments :

  • Réduire les émissions de CO2 et la pollution ;
  • Réduire les nuisances sonores ;
  • Encourager la population à se tourner vers les transports en commun et les mobilités douces.

Sans surprise, la mesure ne fait pas que des heureux. « On veut vraiment arrêter que les gens conduisent ! », « On n’avance vraiment pas à 30 km/h », s’agaçaient certains automobilistes au micro de FranceInfo.