En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Insolite : la toute première voiture à avoir été verbalisée

Il existe un début à tout, même pour les contraventions routières. A l’occasion du 5ème Concours d’Elégance de Hampton Court, en Angleterre, la toute première voiture verbalisée au monde sera exposée au grand public.

Arnold Benz

L’histoire remonte au mois de janvier 1896. Alors que Walter Arnold, inventeur de la Arnold Benz Motor Carriage, circule en ville au volant de sa création, il est intercepté par un policier en vélo. La raison ? Une vitesse excessive.

Roulant à pas moins de 12,9 km/h, le « chauffard » se trouve ainsi 4 fois au-dessus de la limitation maximale en ville (3 km/h). Walter Arnold écope alors de la 1ère amende de l’histoire de l’automobile. L’inventeur n’en est pas au bout de ses peines : parce qu’il n’est pas précédé d’un homme à pied doté d’un drapeau rouge pour alerter les badauds et autres usagers de la route, une règle de circulation de l’époque, la sanction est aggravée.

Astuce Malynx !

L’Arnold Benz sera exposée à Hampton Court Palace du 1er au 3 septembre 2017, situé sur les berges de la Tamise, au sud-ouest de Londres.

Arnold Benz

Des règles de conduite drastiques

Si la réglementation routière contemporaine n’est pas au goût de tous les automobilistes, le « Locomotive Act » de 1895 contraignait les conducteurs britanniques à des règles de conduite bien plus dures : la vitesse sur routes était limitée à 6,4km/h et la vitesse en ville à 3km/h.

De plus, la loi exigeait que tout véhicule à moteur soit constitué d’un équipage de 3 personnes : un conducteur, un chauffeur et un homme à pied muni d’un drapeau rouge (ou d’une lanterne), marchant à 55 m en amont de la voiture. Ce dernier imposait la vitesse et devait avertir les cavaliers et les véhicules hippomobiles de l’approche d’une machine motorisée.

Le conducteur devait également s’acquitter d’une somme de 10 livres (1 250€ actuels) par comté traversé.

Patience sur la route…

A quelques mois près, Walter Arnold aurait pu éviter d’être verbalisé en roulant à vitesse excessive. Le « Locomotive Act » du 14 novembre 1896 fit en effet passer la vitesse maximale à 9,6km/h en ville et à 19,3km/h sur routes ouvertes tout en supprimant également le drapeau rouge.

Arnold Benz

Une course auto pour célébrer la nouvelle loi

Même au XIXème siècle, les évolutions en matière de réglementation routière créaient un engouement certain. Ainsi, pour célébrer la promulgation du « Locomotive Act » de 1896, un financier du nom de Lawson, également créateur du premier syndicat du secteur automobile britannique, organisa une course baptisée « Emancipation Run ». Se déroulant le 14 novembre 1896, elle vit 30 véhicules concourir sur le trajet de Londres à Brighton. Encore aujourd’hui, cette course a lieu chaque année.