En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les grands excès de vitesse en hausse de +50% depuis le reconfinement

Les grands excès de vitesse ont progressé de +50% depuis le reconfinement. Pour certains automobilistes, ce phénomène pourrait s’expliquer par un besoin de s’affranchir des règles pendant une période où les contraintes sont fortes.

Trafic autoroute

Il y a un peu moins de monde sur les routes ce mois-ci, mais pas moins d’excès de vitesse. En effet, depuis le reconfinement, les grands excès de vitesse (supérieurs de 50km/h à la vitesse maximale autorisée) ont bondi de +50%. Des chiffres comparables à ceux du premier confinement, durant lequel ces infractions avaient progressé de +40%.

Durant les semaines du 2 et du 9 novembre, les radars automatiques ont relevé une hausse de +22% du nombre de grands excès de vitesse par rapport aux mêmes semaines de l’année passée. En revanche, les excès de vitesse inférieurs de 20 km/h ont réculé, de -30%.

S’affranchir des contraintes ?

Comment expliquer ce rebond des excès de vitesse ? Pour les autorités, le phénomène est peut-être lié à un besoin de s’affranchir des règles, à un moment où elles sont de plus en plus nombreuses. « L’explication qui paraît la plus naturelle mais méritera d’être affinée, c’est que ces personnes, qui subissent de fortes contraintes liées au confinement, jugé pesant, aient envie dans d’autres domaines de s’affranchir des contraintes », a réagi Marie Gautier-Melleray, la déléguée interministérielle à la Sécurité routière.

L’une des craintes de l’organisme : que « les Français prennent de mauvaises habitudes et les gardent », une fois que les restrictions seront levées et que le trafic redeviendra plus dense. « Lors du déconfinement, les grands excès de vitesse avaient diminué très progressivement et on n’avait retrouvé un niveau proche de la normale qu’à la fin de l’été », a souligné Marie Gautier-Melleray.