En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : de plus en plus de départements veulent rester aux 80 km/h

Alors qu’ils en ont la possibilité, certains départements ont décidé de ne pas revenir aux 90 km/h sur les routes secondaires. En cause, les conditions drastiques imposées par le gouvernement pour faire marche arrière.

Votre département choisira-t-il de repasser aux 90 km/h sur les routes secondaires ? Rien n’est moins sûr. En mai dernier, pour répondre aux contestations, le gouvernement avait assoupli les règles et laissé la liberté aux départements de déterminer si la vitesse maximale autorisée serait à 80 ou 90 km/h sur leurs routes. Pourtant, comme le rapporte Le Parisien, de nombreux départements renoncent à revenir aux 90 km/h.

En cause, les conditions drastiques imposées par le gouvernement pour mettre en place le retour au 90 km/h. Par exemple : l’obligation de procéder à une étude d’accidentologie, l’obligation d’aménager une double bande blanche sonore au milieu sur les portions où le dépassement est interdit, l’interdiction de tourner à gauche aux croisements… Autant de mesures coûteuses et décourageantes pour certaines collectivités.

22 départements renoncent

Selon Le Parisien, 22 départements ont décidé de renoncer aux 90 km/h. Un chiffre qui a considérablement augmenté ces derniers mois : en juillet, lors du dernier comptage réalisé par France Bleu, seuls 7 départements étaient concernés.

Reste à savoir si les autres départements opteront ou non pour le retour aux 90 km/h sur les routes secondaires. La loi d’orientation des mobilités (LOM), qui sera définitivement votée d’ici début 2020, contiendra un article qui précisera clairement les conditions du retour aux 90 km/h. Le suspense devrait durer jusque-là.