En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Et encore deux départements repassent aux 90km/h !

Le Charente et Les Deux-Sèvres ont annoncé leur abandon des 80km/h sur 700 kilomètres de routes. Au total, une vingtaine de départements devraient suivre.

La Haute-Marne et la Seine-et-Marne étaient les premiers départements à acter le retour aux 90km/h sur leurs routes. La semaine dernière, la Côte d’Or avait décidé de leur emboîter le pas. Désormais, les territoires qui disent non à la limitation de vitesse à 80km/h sont cinq, puisque la Charente et Les Deux-Sèvres l’ont annoncé à l’AFP, jeudi 16 janvier.

Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres, explique sa décision : « C’est une mesure de bon sens qui a été très étudiée (…) Notre choix s’est porté sur des routes fréquentées, avec du trafic. Le retour à 90km/h permettra d’apporter un confort dans la gestion du temps des usagers, sans remettre en cause leur sécurité ». Seul 6,15% du réseau des Deux-Sèvres est en effet concerné, soit 246km sur 4 000km.

Une décision qui pèse dans les budgets

En Charente, c’est 450km de routes qui repasseront aux 90km/h. Le coût de l’opération sera de 200 000€. Là aussi, l’argument utilisé est l’absence totale d’impact sur l’accidentologie. « On a fait une analyse fine de l’accidentologie et on est arrivés à la conclusion que ce sont les comportements individuels, notamment des conduites addictives (alcool, drogue) qui sont à l’origine d’accidents graves », a affirmé François Bonneau, président du Conseil départemental de Charente.

L’AFP a établi un recensement pour connaître les départements qui prévoient d’abandonner les 80km/h. Ils seraient 25 au total. Un sondage du Parisien évoquait 44 départements prêts à ce retour que la loi Mobilités leur permet depuis le 24 décembre. Cependant, il semble que des contraintes d’ordre budgétaire aient convaincu certains départements d’y renoncer.