En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Limitation à 80km/h : doit-on laisser la prérogative aux élus locaux ?

Le gouvernement, fragilisé sur la question de la limitation de la vitesse automobile à 80km/h, pourrait céder en partie le pouvoir de décision aux élus locaux.

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré que des décisions concernant les 80km/h seront prises dès le mois de juin 2019. Selon LCI, le gouvernement serait prêt à faire marche arrière et assouplir la règle tant décriée. Pour rappel, la réforme visait à faire passer la vitesse maximale sur les routes secondaires de 90 à 80km/h.

L’une des principales pistes de réflexion vise à confier aux élus locaux la responsabilité de rester à 80km/h ou de repasser à 90km/h si les axes ont un taux d’accidentologie relativement faible. Il y a quelques jours, le Sénat a adopté un amendement donnant aux préfets et aux présidents des conseils départementaux la compétence en la matière.

« C’est là où les gens se tuent »

Ce rétropédalage du gouvernement a été obtenu de longue lutte par les automobilistes et édiles. Emmanuel Macron s’est montré résigné il y a quelques semaines, prêt à céder sur plusieurs points. Cependant, lors de sa conférence de presse, il n’a pas évoqué le sujet.

Je voulais sauver des vies, on m’a accusé de vouloir remplir les caisses de l’Etat.

Les concessions sur la question des 80km/h inquiètent grandement les garants de la sécurité routière. Anna Lavaud, déléguée générale de la Prévention routière, s’est exprimée : « On a tendance à vouloir rouler vite quand on a des routes bien dessinées (…) et c’est justement là où les gens se tuent ».