En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Sécurité routière : 349 vies épargnées grâce aux 80km/h depuis 20 mois

Entre juillet 2018 et février 2020, 349 vies auraient été épargnées sur les routes grâce à l’abaissement de la vitesse à 80 km/h. Une mesure qui n’a par ailleurs pas fait perdre de temps aux automobilistes sur leurs trajets.

Depuis le 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparateur central a été abaissée de de 90 à 80 km/h. L’objectif, qui était de réduire la mortalité sur ces routes particulièrement meurtrières, semble être atteint. Selon les données communiquées par le ministère de l’Intérieur, entre juillet 2018 et février 2020, 349 vies ont été épargnées sur ces tronçons.

Depuis le printemps 2019, certains départements sont revenus aux 90 km/h, mais ce n’est pas la majorité. Sur 400 000 km de routes, seuls 14 000 km sont concernés, preuve que la mesure a fait du chemin. « Le 80 km/h demande un petit effort à chacun mais les gains collectifs sont extrêmement importants », expliquait Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière. 48 % des Français y sont désormais favorables, contre seulement 30% en avril 2018.

1 seconde de perdue par kilomètre

Avec les 80 km/h, beaucoup d’automobilistes ont craint de perdre du temps sur leurs trajets. Or, selon l’étude du ministère, le temps perdu est minime : l’allongement des temps de trajet est en moyenne de 1 seconde par kilomètre. « Cette réalité est donc très éloignée de la perception subjective qu’en ont les automobilistes, qui déclarent estimer à 2 minutes la perte de temps sur un trajet de 50 kilomètres, alors qu’elle est de 50 secondes », note le rapport.

En revanche, si la perte de temps est faible, le gain financier est lui élevé. Le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) estime que l’impact financier de la mesure s’élève à 700 millions d’euros par an, « notamment produits par la diminution des accidents, mais aussi par la moindre consommation de carburant ».