En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

80 km/h : Edouard Philippe prêt à laisser les départements assouplir la mesure

La limitation de vitesse à 80 km/h pourrait être revue sur certains tronçons par les présidents de conseils départementaux. Le Premier ministre Edouard Philippe s’est en effet déclaré ouvert à des assouplissements.

vitesse limite 80

Le gouvernement fait un premier pas vers un assouplissement de la mesure des 80 km/h sur les routes secondaires. Ce jeudi 16 mai, sur France Info, Edouard Philippe s’est en effet montré ouvert à davantage de liberté pour les conseils départementaux. « Si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient », a déclaré le Premier ministre.

Edouard Philippe a toutefois fixée une condition, à savoir que la capacité des conseils départementaux à relever la vitesse maximale autorisée soit « systématiquement assortie de mesures » qui garantissent « le plus haut niveau de sécurité routière possible ». Le Premier ministre a également rappelé qu’avec un tel assouplissement, les présidents de conseils départementaux auraient une grande responsabilité : « ce sont des décisions qui sont lourdes et qu’il faut assumer en conscience ».

Plus de pouvoir local

Pour rappel, la mise en place de la limitation à 80 km/h en juillet dernier avait suscité de vives réactions des automobilistes, notamment en zones rurales et périurbaines. Cette mesure « peu populaire a suscité incompréhension et parfois colère », a reconnu Edouard Philippe. Laisser les conseils départementaux statuer sur la question pourrait être une manière pour le gouvernement de donner plus de pouvoir localement.

Reste à savoir si cet assouplissement sera bel et bien entériné. Emmanuel Macron avait déjà émis cette possibilité lors du grand débat national, et le Sénat avait ajouté un amendement allant dans ce sens en mars dernier. La question devrait être tranchée prochainement dans le cadre de l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).