Excès de vitesse : les risques et les conséquences

  • Jusqu'à 75 devis d'assurance auto comparés en 5 minutes.
  • Jusqu’à 317€* d’économies réalisées !

Les excès de vitesse sont en cause dans de nombreux accidents mortels chaque année. Et pourtant, on estime qu’un conducteur sur deux roule régulièrement au-delà de la vitesse autorisée. Un comportement dangereux qui compromet la sécurité des automobilistes et qui est passible de lourdes sanctions par la loi.

Excès de vitesse : quels sont les risques ?

Visibilité réduite

Les (malheureux) constats ne manquent pas : un excès de vitesse ne fait pas qu’aggraver les accidents de voiture, elle les provoque. En effet, plus un véhicule roule vite, plus le champ visuel du conducteur est réduit pour se fixer sur le centre de la route. La personne au volant n’est alors plus en mesure d’anticiper les dangers. Lorsqu’un autre véhicule approche, il est souvent trop tard pour appuyer sur la pédale de frein.

Plus de fatigue

Un autre danger résulte d’une conduite trop rapide : celui de la fatigue au volant. En effet, à une vitesse trop élevée, le conducteur doit traiter bien plus d’informations en un temps réduit et d’adapter en permanence sa vision. La fatigue et la perte de vigilance, souvent en cause dans les accidents, surviennent de ce fait plus vite.

Des chocs plus violents

Enfin, en cas d’accident, plus la vitesse est élevée, plus les chocs sont violents et les conséquences graves.

Un excès de vitesse entraîne une hausse des risques d’accident mortel de l’ordre de 4 % pour chaque dépassement de 1 % de la vitesse autorisée.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si les limitations que nous connaissons ont été arrêtées de la sorte. En effet, il vous faudra environ 28 mètres pour immobiliser totalement votre véhicule si vous conduisez à une vitesse de 50 km/h en ville et 90 mètres pour une vitesse de 130 km/h, sur autoroute.

Les excès de vitesse en chiffres

Au-delà des risques pour sa propre sécurité, un excès de vitesse peut avoir des conséquences dramatiques pour les autres usagers de la route ainsi que les piétons. Mentionnons à titre d’exemple qu’un piéton heurté par un véhicule roulant à 50 km/h à 20 % de risques de succomber à ses blessures. Le risque est triplé en cas de collision à 80 km/h.

Par ailleurs, rouler à 130 km/h peut réduire votre champ de vision de l’ordre de 30°.

Les sanctions en cas d’excès de vitesse

Compte tenu de leurs conséquences graves, les excès de vitesse sont des infractions lourdement réprimées par le Code de la route. La peine encourue – amende ou perte de points – dépend de l’importance du non-respect de la vitesse autorisée. Les peines vont de l’amende au retrait immédiat du permis de conduire.

La sanction dépend de l’excès de vitesse

Excès de vitesse risques conséquences sanctions

Ainsi, il faut compter une amende forfaitaire de :

  • 68€ et un retrait de 1 point sur le permis de conduire pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h (hors agglomération).

    Au-delà l’amende passe à 135 euros et le conducteur perd :
  • 1 point pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h (en agglomération) ;
  • 2 points pour un excès de vitesse compris entre 20 et 30 km/h ;
  • 3 points, une suspension de permis de 3 ans du permis, une interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus et un stage de sensibilisation à la sécurité routière pour un excès de vitesse entre 30 et 40 km/h ;
  • 4 points, une suspension de permis de 3 ans du permis, une interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus et un stage de sensibilisation à la sécurité routière pour un excès de vitesse entre 40 et 50 km/h.

    Si l’excès de vitesse atteint les 50 km/h, les sanctions sont de :
  • 1 500€, un retrait de 6 points du permis de conduire, un suspension de 3 ans du permis de conduire (sans sursis), l’interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus, la confiscation du véhicule éventuelle si le conducteur en est le propriétaire et un stage de sensibilisation à la sécurité routière pour un excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h.
[/bullet_list]

Récapitulatif des sanctions

Excès de vitesse Amende forfaitaire Retraits de points Autres sanctions
Inférieur à 20 km/h hors agglomération 68€ 1
Inférieur à 20 km/h en agglomération 135€ 1
Entre 20 et 30 km/h 135€ 2
Entre 30 et 40 km/h 135€ 3 Suspension de 3 ans du permis de conduire

Interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus

Stage de sensibilisation

Entre 40 et 50 km/h 135€ 4 Suspension de 3 ans du permis de conduire

Interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus

Stage de sensibilisation

Égal ou supérieur à 50 km/h 1 500€ 6 Suspension de 3 ans du permis de conduire

Interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 3 ans au plus

Confiscation possible du véhicule

Stage de sensibilisation

En cas de récidive d’excès

En cas de récidive d’excès supérieur ou égal à 50 km/h, les sanctions sont encore plus lourdes. Il faut s’attendre à une :

  • Amende de 3 750€ ;
  • Peine de prison de 3 mois ;
  • Perte de 6 points sur le permis de conduire ;
  • Suspension de 3 ans du permis de conduire (sans sursis) ;
  • Confiscation du véhicule si le conducteur est le propriétaire ;
  • Interdiction de conduire certains véhicules à moteur pour 5 ans au plus ;
  • Injonction d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

Excès de vitesse et assurance auto

Excès de vitesse risques conséquences assurance auto

Même en cas d’accident responsable, un assureur auto ne peut refuser de couvrir les préjudices corporels et matériels causés à une personne tierce : c’est ce que l’on nomme la responsabilité civile, une protection obligatoire comprise dans tous les contrats d’assurance auto. Les propres dommages du conducteur responsable pourront eux aussi être pris en charge, si la formule souscrite est suffisamment couvrante (notamment grâce à la garantie « dommages »)

Majoration de la prime d’assurance auto

En revanche, l’ après-coup se révèle souvent plus compliqué et peut placer l’assuré dans une position inconfortable. La compagnie d’assurance a en effet le droit de réévaluer la prime d’assurance auto conducteur à la hausse, en plus d’augmenter son coefficient malus de 125 %, si l’assuré est tenu responsable du sinistre.

Par ailleurs, une suspension de permis est un élément à transmettre impérativement à son assureur afin d’éviter une résiliation du contrat d’assurance auto pour défaut de déclaration. Cette situation pourrait être dramatique : la souscription d’un nouveau contrat d’assurance auto reste une tâche encore compliquée pour les conducteurs résiliés.

Cet article vous a-t-il été utile ?