En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Stationnement payant : ce qui va changer en 2018

Le 1er janvier 2018, la décentralisation du stationnement payant sera mise en place. Les automobilistes qui ne règlent pas le montant dû en cas de stationnement payant devront désormais s’acquitter d’un « forfait de post-stationnement ».

Infractions au volant

Dans le cadre de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles de 2014, les règles du stationnement payant vont changer. Jusque-là, le non-paiement d’un stationnement était une infraction, passible d’une amende de 17€ à l’Etat. A compter du 1er janvier 2018, en cas de contrôle, les automobilistes devront payer de manière différée un forfait de post-stationnement (FPS) à la commune.

Attention, les stationnements gênants, très gênants ou dangereux resteront des infractions. Se garer sur des emplacements réservés (aux personnes handicapées, aux véhicules prioritaires etc.) sera toujours passible d’un PV.

La responsabilité des communes

Grande nouveauté de cette mesure, ce sont désormais les communes qui fixeront le montant des forfaits pour non-paiement du stationnement. Le prix à payer en cas de non-paiement immédiat sera par exemple de 50€ dans le centre de Lyon, de 30€ à Honfleur, de 35€ à Metz ou de 16€ à Nice. Les automobilistes bénéficieront d’un délai de 3 mois pour régler la somme due, faute de quoi une majoration sera appliquée.

Dissuasive, la mise en place du forfait de post-stationnement a vocation à responsabiliser les automobilistes. Selon Stéphane Rouvé, délégué à la mission interministérielle de la décentralisation du stationnement (MIDS), elle devrait également permettre de « mieux partager l’espace public grâce à une meilleure incitation au paiement du stationnement qui améliorera la rotation des véhicules ».