En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

PV routiers : 2 milliards d’euros de recettes pour l’Etat en 2017

Les amendes pour infraction routière ont rapporté près de 2 milliards d’euros à l’Etat en 2017. Les radars automatiques comptent pour moitié dans ces recettes.

radar-automatique

Les amendes liées aux infractions routières rapportent gros à l’Etat. Comme le dévoile un rapport de la Cour des Comptes, en 2017, la recette s’est élevée à 1,97 milliard d’euros, ce qui représente une hausse de 9% par rapport à l’année précédente. Les radars automatiques y contribuent largement : à eux seuls, ils ont généré 1,01 milliard d’euros, soit près de la moitié du gain total.

Dans le détail, l’étude précise que les recettes sont les suivantes :

  • 673 millions d’euros pour les amendes forfaitaires (+13%) ;
  • 824,5 millions d’euros pour les amendes forfaitaires de contrôles automatisés (+8%) ;
  • 188 millions d’euros pour les amendes majorées (+18%).

Des recettes au profit de la sécurité routière ?

Si les sanctions financière ont un effet sur le comportement des automobilistes, la Cour des Comptes pointe du doigt le fait que toutes les recettes générées ne reviennent pas à la sécurité routière. En effet, 438,8 millions d’euros sont affectés au désendettement de l’Etat et 45 millions vont au budget général de l’Etat. Une partie du montant des amendes forfaitaires des radars est également affectée à l’agence de financement des transports de France.

Mauvaise nouvelle pour les automobilistes, le nombre de PV et amendes distribués ne devrait pas diminuer dans les mois à venir. La généralisation des voitures banalisées avec radar embarqué et la réforme de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires pourraient bien être source de nouvelles recettes pour l’Etat.