Sécurité routière : l’impact dramatique des drogues au volant

On le sait tous, l’usage de drogues au volant est illégal. Mais quels sont concrètement les effets de la consommation de stupéfiants sur les conducteurs ? Quelles sont les sanctions en cas de contrôle positif et les conséquences sur votre contrat d’assurance auto ? C’est ce qu’on décrypte aujourd’hui.

une personne conduit sous usage de drogue

Si l’usage des stupéfiants est interdit par la loi française, en consommer au volant est très souvent fatal. En effet, 1 accident mortel sur 5 implique un conducteur positif aux drogues! C’est la raison pour laquelle la Sécurité Routière applique une politique de tolérance zéro.

En conduisant sous l’emprise du cannabis, on multiplie par 2 le risque d’être responsable d’un accident mortel !

Les effets des stupéfiants sur les conducteurs

La conduite sous l’emprise de drogues produit des effets dramatiques sur l’être humain :

  • Baisse de l’attention ;
  • Augmentation du temps de réaction et de prise de décision ;
  • Altération des facultés visuelles et auditives ;
  • Conduite agressive ;
  • Réduction de la conscience du danger et des obstacles ;
  • Erreurs d’attention ou de jugement pouvant aller jusqu’à la perte de contrôle du véhicule.

Certains produits stupéfiants comme les drogues hallucinogènes (LSD, les champignons psilocybes, mescaline) entraînent même des illusions délirantes, un sentiment de confusion ou d’angoisse allant parfois jusqu’à la crise de panique.

Lutte contre la drogue au volant : des dépistages de plus en plus fréquents

Pour lutter contre la drogue au volant, les forces de l’ordre renforcent chaque année les contrôles. En 2020, elles ont ainsi réalisé 453 000 dépistages de stupéfiants. C’est près de 30 % de plus qu’en 2018 !

Les agents de police et de gendarmerie ont le droit d’effectuer un contrôle à titre préventif, et ce même en l’absence d’accident de la circulation ou d’infraction.

Par ailleurs, en cas d’accident grave impliquant la santé et la sécurité des personnes, le dépistage antidrogue est obligatoire. La totalité des usagers de la route est concernée : les conducteurs bien sûr, mais aussi les cyclistes, les personnes circulant en trottinette et les accompagnateurs en conduite accompagnée.

Le dépistage prend la forme d’un test salivaire. Il détecte de nombreuses substances différentes : cannabis, cocaïne, ecstasy, opiacés, et amphétamines.

En fonction du type de drogue et des modes d’usage, et grâce à une analyse salivaire ou sanguine, il est possible d’être contrôlé positif plusieurs heures, voire plusieurs jours après la prise de drogue.

Les sanctions pour les automobilistes conduisant sous stupéfiant

accident

La conduite sous emprise de stupéfiants est un délit très lourdement sanctionné par le Code de la route.

Tout d’abord, il entraîne la perte automatique de 6 points du permis de conduire.

Ensuite, des sanctions pénales sont encourues. Le conducteur détecté positif lors d’un contrôle préventif risque jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4500 euros d’amende, peine qui peut être largement aggravée par des circonstances particulières (conduite sous alcool ou sans permis par exemple). En cas d’accident mortel, cette peine s’élève à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende.

Le cocktail drogues/alcool multiplie par 29 le risque d’avoir un accident mortel. En cause : le cumul des effets des sentiments de puissance et désinhibition, conjugués à l’amoindrissement des réflexes.
Nicolas Simon, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA)

Par ailleurs, des peines complémentaires peuvent être prononcées, comme l’annulation du permis avec interdiction de le repasser pendant 3 ans ou plus, ou l’obligation d’accomplir un stage de sensibilisation aux dangers de l’usage de produits stupéfiants.

Les effets sur l’assurance auto

En cas d’accident après usage de drogues, le conducteur s’expose à des sanctions de la part de son assureur auto : augmentation de la prime d’assurance auto, réduction ou annulation des indemnisations, et même résiliation du contrat d’assurance auto.