En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : #InMyFeelingsChallenge, un jeu qui inquiète le gouvernement

Le #InMyFeelingsChallenge est populaire depuis quelques semaines, notamment sur les réseaux sociaux. Un jeu qui inquiète le gouvernement car il peut mettre en danger les participants comme les automobilistes.

jeu inmyfeelingschallenge

Source : ministère de l’Intérieur

Un jeu « imprudent et dangereux ». C’est ainsi que le gouvernement qualifie le #InMyFeelingsChallenge, qui bat son plein sur les réseaux sociaux. Le principe du défi est le suivant : descendre de sa voiture alors qu’elle est en mouvement, faire une chorégraphie en se faisant filmer de l’intérieur du véhicule et tenter de remonter dedans alors qu’il continue à rouler.

Le ministère de l’Intérieur insiste sur la dangerosité de ce jeu. En effet, les participants ont tendance à ne regarder que la voiture et la caméra, et « ne voient pas les dangers qui les guettent », comme les poteaux, les trous dans la chaussée ou les véhicules qui arrivent en sens inverse. Des accidents ont déjà eu lieu lors de la montée ou descente de voiture.

Des sanctions applicables

Le gouvernement rappelle que si le #InMyFeelingsChallenge est dangereux, il peut aussi donner lieu à des sanctions. En effet :

  • Un délit d’entrave à la circulation est passible de 4 500€ d’amende et de 2 ans de prison ;
  • L’absence de conducteur ou la non maîtrise d’un véhicule en mouvement peut donner lieu à une contravention de 2nde classe (35€ et possibilité d’immobilisation du véhicule).

Par ailleurs, si un sinistre est causé du fait d’un défaut de maîtrise du véhicule, l’assurance auto pourra tenir le conducteur pour responsable et le sanctionner par un malus.