En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : les jeunes plutôt réceptifs aux conseils de leurs parents

Un sondage Ipsos pour la Fondation Vinci Autoroute révèle que les jeunes conducteurs sont plutôt attentifs aux conseils de leurs parents sur la sécurité routière. Cependant, le caractère répétitif constitue une des raisons pour lesquelles ces recommandations restent peu suivies.

jeunes filles voiture

« Les jeunes apparaissent plutôt en demande et réceptifs à leurs messages quand il s’agit de sécurité routière », selon un sondage Ipsos pour la Fondation Vinci Autoroute. Les parents joueraient donc un rôle prépondérant sur les questions de sécurité au volant pour 1 jeune sur 2 (54%). Les trois-quarts des sondés déclarent d’ailleurs avoir déjà été sensibilisés au moins une fois par ses parents.

Les sujets de ces discussions concernent le plus souvent les risques de l’alcool au volant (83% des débats selon les enfants) ou encore la conduite par un conducteur ayant consommé de l’alcool ou de la drogue (84%). Viennent ensuite les sensibilisations sur l’utilisation du téléphone au volant (81%), la vitesse et le port de la ceinture de sécurité (83%).

Les trois-quarts ne suivent pas les recommandations

Cependant, même si la plupart des jeunes automobilistes accueillent ces conseils de manière positive, 15% ressentent une certaine indifférence face à ces conseils. 7 jeunes conducteurs sur 10 déclarent d’ailleurs que le caractère répétitif de ces discussions joue un rôle négatif, d’où un sentiment d’un manque de confiance (61% des sondés).

73% des sondés estiment ne pas appliquer ces recommandations dans la pratique. C’est peut-être une des raisons explicatives au fait qu’un tiers des jeunes ont déjà eu un accident de la route, responsable dans plus de la moitié des cas (55%). Un signe que la prévention et la sensibilisation sur ces risques doivent encore s’accentuer auprès des conducteurs novices.