En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Permis de conduire : l’Etat va proposer un comparateur d’auto-écoles

Dans le cadre du dixième anniversaire de l’Autorité de la concurrence, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la mise en place par l’Etat d’un comparateur d’auto-écoles. L’objectif est d’aider les Français à faire des économies sur le prix du permis de conduire.

Faciliter les choix des Français est devenu l’axe prioritaire du gouvernement ces derniers jours. Dans ce sens, à l’occasion du 10ème anniversaire de l’Autorité de la concurrence, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la mise en place d’ici la fin de l’année d’un comparateur d’auto-écoles et de prix du permis de conduire. Un décret, un arrêté ou une ordonnance devrait donc voir le jour d’ici peu.

Cette plateforme va recenser les tarifs des permis de conduire, mais aussi d’autres informations comme le taux de réussite à l’examen ou encore les délais d’attente. Pour collecter les données nécessaires, l’Etat devrait ici s’appuyer sur les informations détenues par la délégation de la sécurité routière (DSR).

Plus de concurrence et de transparence

Cette mesure a donc pour objectif d’aider les jeunes à mettre en concurrence les différentes auto-écoles afin de trouver les formations les plus économiques. En effet, selon les données du gouvernement, ce permis coûterait 1 600€ en moyenne avec des offres « qui peuvent parfois varier du simple au double », a rappelé le Premier ministre.

Une plus grande transparence est donc également attendue du côté des auto-écoles afin d’aider les jeunes automobilistes à obtenir leurs permis de conduire. En effet, l’absence de ce document est vue par le gouvernement « comme un obstacle important à l’accession des jeunes au marché du travail, notamment en dehors des grandes métropoles ».