En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Ecotaxe : les poids lourds de nouveau concernés

Dans le but de financer un plan pour les transports, la région Île-de-France veut réintroduire l’écotaxe. Les poids lourds et camionnettes pourraient bientôt en faire les frais.

utilitaire camionnette

C’est le retour d’un vieil épouvantail : l’écotaxe. Pensée en 2007 lors du Grenelle de l’environnement, cette taxe devait entrer en vigueur sous le mandat de François Hollande. Le fiasco de sa mise en place, à la suite du mouvement des Bonnets rouges, avait coûté près d’un milliard d’euros à l’Etat. Depuis, l’écotaxe avait été gelée puis entérinée. Mais depuis quelques jours, elle est de retour.

« Le retour fait aimer l’adieu », disait Alfred de Musset. Pour les poids lourds franciliens, l’écotaxe devrait revenir sous le prétexte d’un plan de financement, baptisé le Plan Marshall des mobilités. C’est François Durovray, président LR de l’Essonne, qui a présenté un rapport préconisant l’instauration de cette taxe.

Incluse dans la loi Climat ?

Ce qu’on sait de cette écotaxe new age, c’est qu’elle toucherait les poids lourds mais aussi les utilitaires légers de type camionnettes. L’objectif est de relancer pas moins de 46 projets programmés mais jamais commencés par manque de moyens, qui concernent aussi bien les transports en commun ferroviaires que routier. François Durovray s’explique : « La taxation de la route doit aller à la route ou aux transports en commun ».

Le rapport précise que les portiques qui existent encore aujourd’hui pourraient servir. Et ce come back de l’écotaxe pourrait même être national. La loi Climat en cours d’élaboration pourrait intégrer le projet d’écotaxe alsacienne et lui donner une envergure nationale. Le nom devrait changer, on parlerait alors de « contribution poids lourd » pour éviter la polémique suscitée par les Bonnets rouges. Ce serait aux régions ensuite de décider si elles désirent l’appliquer.