En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

« Supermalus » écologique : plus de 10 000 véhicules concernés par an

Selon les estimations du ministère de l’Economie et du Conseil national des professions automobiles, entre 10 000 et 15 000 voitures devraient être concernées chaque année par le « supermalus » écologique, mis en place dès le 1er janvier 2020.

Voiture de sport

Le « supermalus » écologique mis en place dès janvier prochain devrait toucher moins d’1% du marché automobile français. De ce fait, selon les estimations du ministère de l’Economie, environ 10 000 véhicules seront concernés par la mesure. Du côté de Conseil national des professions automobiles (CNPA), on table davantage sur 15 000.

Ainsi, au 1er janvier 2020, selon le journal Les Echos, le plafond de ce malus devrait passer de 12 500€ à 20 000€ pour les voitures émettant plus de 172 grammes de CO2. Le but est ici de récompenser « certains Français faisant des efforts en achetant des véhicules hybrides ou électriques » tout en pénalisant les propriétaires « de véhicules les plus émetteurs », a précisé le ministre Bruno le Maire.

Voitures sportives, SUV et 4×4

Les véhicules concernés sont notamment les voitures sportives à l’image des Porsche, Jaguar ou encore Ferrari. On retrouve également des modèles SUV (BMW, Mercedes ou Audi) mais aussi des 4×4 d’origine anglaise ou américaine (Land Rover ou Jeep). Leurs prix oscillent d’ailleurs aux alentours de 100 000€.

La question soulevée par cette mesure est de savoir si les acheteurs français vont boycotter ces marques au profit de voitures françaises. Le ministre de l’Economie a d’ailleurs rappelé que « ces véhicules ne sont construits ni en France, ni même par nos constructeurs nationaux ». Un calendrier sur 3 ans sera bientôt présenté par Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique.