Forfait mobilités durables : quel bilan un an après son lancement ?

Le gouvernement a rendu public mardi le premier baromètre sur le Forfait mobilités durables. Près d’un tiers des entreprises interrogées ont déjà mis en place ce dispositif pour inciter les salariés à effectuer leurs trajets domicile-travail avec un moyen de déplacement plus propre.

Le Forfait mobilités durables, mis en place depuis le 11 mai 2020, était l’une des mesures phare de la loi d’Orientations des mobilités (loi LOM). Un peu moins d’un an après, le gouvernement a rendu public mardi un baromètre, afin de réaliser un premier bilan de ce dispositif. L’enseignement principal est d’ailleurs sans appel : les entreprises ne sont pas encore convaincues.

Ainsi, sur plus de 1 000 organisations interrogées, 69% connaissent déjà le Forfait mobilités durables mais seulement 31% l’ont déjà déployé (20%) ou ont validé le principe (11%). Ces derniers voulaient surtout « inciter à l’usage de modes alternatifs à la voiture individuelle » (78%), « valoriser les pratiques respectueuses de l’environnement déjà existantes » (71%) et répondre aux attentes des salariés (62%).

Passion vélo et covoiturage

Lorsque que ce Forfait est mis en place, les salariés plébiscitent principalement le vélo (et dans une moindre mesure le covoiturage) puisqu’il s’agit des moyens de déplacement les plus déployés dans le cadre de ce dispositif. La baromètre précise que « le vélo comme mode de déplacement domicile-travail touche toutes les typologies de communes et n’est pas réservé aux grandes agglomérations ».

Pour les organisations encore réticentes, elles avancent notamment le besoin d’une enveloppe budgétaire importante (35%) ou des blocages de la part de la direction (32%). Pour rappel, le Forfait mobilités durables permet aux salariés d’entreprises volontaires, une allocation (200€ dans le public et 400€ dans le privé) pour effectuer leurs trajets domicile-travail avec un moyen alternatif à leur automobile individuelle.