En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les voitures essence et diesel seront interdites à la vente en 2040

Les députés ont voté pour l’interdiction des voitures thermiques dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités (LOM).

Les condstructeurs français et leurs diesel polluant

C’est un amendement qui paraît anodin, déposé par le député Jean-Luc Fugit, mais qui pourrait bien mettre le feu à l’industrie automobile. L’Assemblée nationale a voté pour l’interdiction de tous les véhicules utilisant des carburants fossiles, c’est-à-dire l’essence et le diesel, d’ici à 2040. « Si plusieurs pays européens se sont positionnés en ce sens, la France serait le premier à l’inscrire dans la loi », s’est réjoui le député LREM.

L’objectif ultime poursuivi par la France est d’arriver à la neutralité carbone en 2050. Qui sera chargé de veiller à cette diminution de la pollution au carbone ? Ce sera l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, qui fera un rapport tous les cinq ans et le soumettra au débat devant les deux chambres.

L’écologie avant l’économie

Ce monde 100% électrique et hybride a été pensé par Nicolas Hulot lorsqu’il était ministre, mais n’avait pas eu le temps de mener à bien ce projet. De leur côté, les constructeurs automobiles s’affolent du rythme de la transition. Renault, déjà à la pointe grâce à sa Zoé, va lancer deux véhicules hybrides : la nouvelle Clio et le Captur 2.

Cependant, il faut aussi voir que cet objectif semble très difficilement réalisable, puisque le marché thermique représente 94% des ventes automobiles actuellement. Peu sont les acheteurs convaincus par les bienfaits de l’électrique. Dans un article paru sur Le Point, le journaliste Jacques Chevalier tire la sonnette d’alarme : cette loi serait une « absurdité » face à la concurrence chinoise.