En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Carburants : la taxe carbone ne sera pas flottante selon De Rugy

Alors que l’essence dépasse des records de cherté, le président Macron abandonne sa promesse faite aux automobilistes.

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy,  a annoncé que les taxes sur les carburants ne seront pas allégées. En décembre dernier, lors de son allocution aux Français, le président de la République avait pourtant expliqué vouloir mettre en place une taxe flottante en fonction du cours du pétrole.

La technique de la taxe flottante, qui évolue en fonction des prix du pétrole, avait été testée par le gouvernement Jospin entre 2000 et 2002. Mais le ministre de la Transition écologique estime que cette taxe évolutive est « complexe, peu lisible » et a « peu d’effets ».

Le projet à la poubelle

Plusieurs fois pendant le « Grand débat national », Emmanuel Macron a évoqué cette idée dont le but serait d’amortir les hausses du prix à la pompe. Ces derniers ne font qu’augmenter depuis le 1er janvier et ont récemment dépassé un record vieux de six ans. « Il n’y a pas de nouveau projet de taxe flottante comme il y en avait en 2000 » a avoué François de Rugy.

Lors de sa conférence de presse, le président n’a pas évoqué les problématiques automobiles. Désormais, le gouvernement mise sur la stabilisation de la taxe carbone, pour « permettre aux Français de se libérer du pétrole ».

L’Union française des industries pétrolières (Ufip) a rappelé que la France était championne des taxes sur le carbone. Sur 1,58€ le litre de sans-plomb 95, l’Etat prélève 95 centimes de taxes.