En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Porsche ouvre une enquête sur les « moteurs truqués »

La firme allemande d’automobiles de luxe a décidé d’investiguer en interne après des soupçons de manipulations des moteurs. Il s’agit des versions essence des modèles Panamera et 911.

Porsche Panamera

Crédit : Porsche

Les scandales semblent se multiplier au sein du groupe Volkswagen. Après le dieselgate, un nouveau cas de « moteurs truqués » touche la firme allemande. Le constructeur de voitures de luxe Porsche a en effet ouvert une enquête interne, selon les journaux Bild am Sontag et Handelsblatt. En cause, de probables défaillances sur les modèles essence de la Porsche Panamera et la Porsche 911.

« Nous avons trouvé quelques indices de fautes possibles », a déclaré un porte-parole de la marque. Les moteurs essence des deux modèles auraient en effet été modifiés après leur homologation auprès de l’Autorité fédérale des transports allemande (KBA). Plusieurs composants mécaniques ainsi que des logiciels auraient subi des transformations, dont le premier impact est la modification des émissions.

Porsche déjà condamnée en 2019

Dans l’affaire, Porsche jouerait la transparence. La marque de Stuttgart a alerté la police allemande et la KBA dès cet été. Cette dernière institution prévoit d’ailleurs une enquête parallèle à l’enquête interne. On ne sait pas encore combien de véhicules sont concernés par le truquage, mais il s’agirait uniquement de ceux fabriqués entre 2008 et 2013.

Ce n’est pas la première fois que Porsche est associée à ce type d’histoires. En 2019, dans le cadre du dieselgate, le constructeur avait été condamné à payer 535 millions d’euros d’amende par le parquet de Stuttgart. A l’époque, la modification reposait sur les moteurs diesel. A l’avenir, les groupes automobiles seront davantage scrutés au sujet des émissions de CO². Le Parlement européen a voté une réduction de 37,5% des émissions entre 2021 et 2030.