En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

400 000 moteurs Renault seraient viciés selon l’UFC-Que Choisir

L’association de consommateurs a mis en demeure les constructeurs auto Renault, Dacia, Nissan et Mercedes pour des moteurs présentant de graves défauts.

concession renault

« L’UFC-Que Choisir alerte les consommateurs propriétaires des véhicules Renault, Dacia, Nissan et Mercedes équipés d’un moteur essence 1.2 TCe et 1.2 DIG-t d’un grave défaut dont peut être atteint leur véhicule ». On ne saurait faire communiqué plus direct et alarmiste, de la part de la très sérieuse association de défense des consommateurs.

Ainsi, les moteurs Renault 1.2 produits entre le 1er octobre 2012 et le 20 juillet 2016 présenteraient une anomalie inquiétante : la surconsommation d’huile. Ce vice peut souvent entraîner des casses moteur. Selon l’UFC-Que Choisir, Renault est au courant de ce défaut, car une note interne aurait circulé. Cependant, en public, c’est silence radio.

Les véhicules seront-ils rappelés ?

L’association précise qu’elle met en demeure les quatre constructeurs utilisant les moteurs en question. Si elle obtient gain de cause, ceux-ci devront « procéder à un rappel de tous les véhicules concernés non encore identifiés afin de procéder aux interventions nécessaires » et « prendre en charge ou rembourser les frais de réparations ».

Il convient de rappeler qu’en cas de casse, le propriétaire d’un moteur Renault 1.2 devrait débourser de 5 000 à 10 000€ en frais de réparation. La prise en charge de Renault, Dacia, Nissan et Mercedes restent très « aléatoires » selon l’UFC-Que Choisir, qui a partagé une lettre-type à envoyer au vendeur.