Essence, diesel : les voitures thermiques interdites dès 2035

Cela faisait un moment que l’on attendait l’agenda communautaire, il est désormais officiel : les voitures essence et diesel seront interdites à la vente à partir de 2035.

L’Union européenne a voulu mettre un coup d’accélérateur dans sa lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Et en particulier celles provoquées par le parc automobile. On sait à présent que les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves seront réduites à 55% dès l’année 2030 et disparaîtront à 100% en 2035.

Cela a pour conséquence logique la fin de la commercialisation des modèles dits thermiques (moteurs essence et diesel). Seuls les modèles neutres en carbone pourront être vendus : c’est le cas des voitures électriques et hydrogènes. Au-delà de l’impératif écologique, l’UE estime que cette mesure « bénéficiera aussi aux citoyens en réduisant les dépenses énergétiques et en améliorant la qualité de l’air ».

La voiture à hydrogène est-elle l’avenir de l’automobile ?
Lire l'article

Obligation d’installation des bornes

Si ce calendrier était attendu, il a néanmoins surpris les constructeurs automobiles, qui ne s’attendaient pas à une transition aussi rapide. En début de semaine, le gouvernement avait d’ailleurs soutenu l’industrie de l’hybride rechargeable, souvent vue comme la solution pour une transition progressive vers le tout électrique.

Le principal problème soulevé par cette décision est le réseau de bornes de recharge, qui fait défaut aujourd’hui. Les Etats auront-ils la force de frappe pour rattraper leur retard dans les temps ? La loi européenne les obligera à « installer des points de recharge et de ravitaillement à intervalles réguliers sur les grands axes routiers : tous les 60km pour la recharge électrique et tous les 150km pour le ravitaillement en hydrogène ».