En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Particules ultrafines : l’Anses veut limiter le trafic routier

On connaissait les particules fines, voici maintenant les particules ultrafines. Ces nouvelles poussières polluantes sont produites par les moteurs automobiles.

Paris pollution de l'air

Un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) alerte les pouvoirs publics contre un nouveau pollueur : la particule ultrafine. Cette poussière mesure moins de 100 nanomètres de diamètre (1000 fois plus petit qu’un cheveu). Jusqu’alors, on connaissait surtout les particules fines, de 2,5 micromètres.

L’Anses est très inquiète dans son étude, pour l’environnement, et pour les humains. En effet, les particules ultrafines « ne peuvent pas être bloquées par les masques (…) et peuvent passer par les bronches, aller au poumon puis intégrer le réseau sanguin », selon Marco Daturi, professeur de chimie à l’université de Caen-Normandie, interrogé par France 24. Le cerveau pourrait être atteint par ces particules.

Réduire la circulation automobile, une urgence

Les particules ultrafines naissent surtout par la combustion provoquée par les moteurs et le chauffage. Dans les conclusions de son rapport, l’Anses recommande vivement de réduire net le trafic routier dans les plus grandes villes pour éviter de voir se propager les maladies respiratoires et cardiovasculaires. Pourquoi pas commencer par renforcer le dispositif Crit’Air.

Où consomme-t-on le plus ces micropoussières ? Selon Marco Daturi, près des axes routiers et surtout dans les stations de métro. La particule ultrafine est générée lors du freinage des véhicules, comme un métro par exemple. La station Châtelet-Les Halles serait ainsi un repère à particules ultrafines. A l’heure où l’Etat songe à réhabiliter les voitures diesel -productrices de particules fines – dans la catégorie Crit’Air 1, la pollution de l’air, elle, se fait toujours plus pressante.