En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Crit Air 4 : l’interdiction de circuler dans le Grand Paris décalée à juin 2021

Normalement, les voitures diesel immatriculées avant 2006 étaient bannies de la circulation à partir du 1er janvier 2021. Finalement, la métropole a choisi de repousser cette interdiction au mois de juin.

Une restriction en remplace une autre. L’interdiction de circulation pour les véhicules « Crit’Air 4 » a été balayée par les impératifs sanitaires du moment. La Métropole Grand Paris (MPG) a en effet choisi « de différer la mesure, car il ne suffit pas de la décréter, il faut aussi en préparer les conditions », comme l’explique Daniel Guiraud, vice-président en charge de l’environnement.

La vignette Crit’Air 4, pour rappel, s’applique aux véhicules diesel immatriculés entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005 ; mais aussi les deux-roues de 2000 à 2004. La zone à faibles émissions qu’il leur sera interdite est comprise à l’intérieur du périmètre défini par l’A86, de 8h à 20h en semaine. Les véhicules classés Crit’Air 5 doivent déjà respecter cette interdiction depuis 2019.

L’interdiction du diesel en France
Lire l'article

Vidéoverbalisation à l’étude

Normalement, la métropole devait débuter par une interdiction « de pédagogie et de sensibilisation », comme le formule emphatiquement Daniel Guiraud, également maire des Lilas. Le problème, c’est que la métropole n’a pas les moyens de verbaliser les contrevenants. D’ailleurs, aucune verbalisation n’existe actuellement pour les véhicules Crit’Air 5 qui seraient en infraction. Il faudrait pour cela des caméras de vidéoverbalisation.

A l’inverse, la Ville de Paris n’a pas attendu les caméras. Depuis quelque temps, les forces de l’ordre procèdent à des contrôles : les Crit’Air 5 (depuis 2016) et les Crit’Air 4 (depuis 2019) y sont d’ores et déjà interdits. La contravention dans ce cas est de 68€. La métropole Grand Paris espère donc rattraper son « retard » sur la capitale dès l’été prochain.