En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les voitures diesel récentes dépassent les normes Crit’Air 2

Selon une étude, les voitures diesel immatriculées après 2014 polluent six fois plus que la norme. La mairie de Paris souhaiterait les interdire.

Les condstructeurs français et leurs diesel polluant

Le Conseil international pour un transport propre (ICCT) est l’ONG qui est à l’origine des révélations sur le dieselgate. Il a repéré les constructeurs comme Volkswagen qui ont dissimulé le niveau réel des émissions d’oxyde d’azote. Cette ONG vient de publier une étude sur les moteurs diesel récents en circulation à Paris. Et ceux-ci, pourtant catégorisés Crit’Air 2, dépassent les normes.

Pendant un mois, entre juin et juillet 2018, alors que les Français suivaient la Coupe du Monde, les chercheurs ont relevé les émissions de dioxyde d’azote sur 180 000 véhicules de la capitale. Les résultats montrent que 64% des voitures roulant au diesel dépassent largement les normes européennes de pollution.

Bannir les moteurs diesel de Paris

Cette étude a été menée en collaboration avec la Ville de Paris, qui est satisfaite des conclusions. En effet, la mairie s’oppose à la requalification des diesels récents en Crit’Air 1 que souhaite le gouvernement. De plus, Anne Hidalgo a prévu d’interdire les diesels de Paris en 2024. L’adjoint aux transports, Christophe Najdoski, s’est félicité : « Cette étude valide notre stratégie de sortie progressive du diesel : le diesel propre n’existe pas ! ».

L’étude montre aussi que lors des pics de chaleur (+30°C), les diesels classés Euro 6 émettent 20 à 30% de plus d’oxydes d’azote que lors de températures plus faibles. Paris veut s’appuyer sur ces résultats pour inclure les véhicules Crit’Air 2 dans les interdictions de circulation. Enfin, les deux-roues sont encore plus polluants que les voitures. Rappelons que chaque année, plus d’un millier de décès sont dus à la pollution du trafic routier.