En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Circulation différenciée : une voiture sur trois sera interdite

La préfecture de police de Paris a annoncé que la circulation différenciée pourrait intervenir dès mercredi 26 juin. Les automobilistes ayant le Crit’air 0 à 2 sont autorisés.

La pollution atteint déjà des pics alarmants et oblige les pouvoirs publics à prendre des mesures. Le préfet de police de Paris a pris les devants en déclarant que la circulation différenciée devrait être mise en place dès mercredi. « Nous verrons dans la soirée ce qu’il en est (…) Je ne tergiverserai pas en attendant que les seuils d’alerte soient durablement dépassés », a expliqué Didier Lallement.

Alors qui pourra rouler si la circulation différenciée est appliquée ? Normalement, tous les véhicules possédant une vignette Crit’air de 0 à 2 :

  • Les véhicules essence immatriculés depuis le 1er janvier 2006 ;
  • Les diesel immatriculés depuis le 1er janvier 2011 ;
  • Les véhicules électriques ;
  • Les voitures hybrides rechargeables au gaz.

Réduire la pollution de deux tiers

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a annoncé que le déclenchement de ce dispositif différencié va devenir « beaucoup plus rapide ». Il sera mis en place dans deux cas : dès que le seuil d’alerte est dépassé en une journée ou lorsque le seuil d’information est dépassé sur deux jours.

« Restreindre la circulation pour un tiers des véhicules permet de réduire la pollution de deux tiers » explique le ministre. C’est pourquoi il souhaite réévaluer les interdictions par rapport à février dernier. Désormais, 35% des automobilistes seront empêchés de circuler lors des pics de pollution. La métropole lyonnaise réclame également au ministère des restrictions.