GPL, biocarburants, pile à combustible: le point sur les énergies du futur

Les biocarburants.Comment choisir une voiture propre? Vers quel modèle se tourner pour trouver un véhicule durable alors que le prix des carburants ne cessent d’augmenter? Les biocarburants peuvent être une des réponses au problème.

Fabriqués à partir de betteraves, de maïs, de cannes à sucre, de tournesol ou encore de colza, ils émettent 60% à 75% moins de CO2 que le pétrole. La quantité de CO2 liée à la consommation de biocarburants est en partie compensée par le CO2 absorbée par les plantes mises en culture.

Pour le conducteur, pas besoin de changer le moteur de sa voiture. Les biocarburants peuvent être incorporés à l’essence ordinaire.

GPL et GNL, les carburants de substitution

Sans être une solution à «l’après pétrole», le GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié), est un mélange de propane et de butane qui pollue moins que l’essence ordinaire. Comptez toutefois entre 2.000€ et 3.000€ de plus lors de l’achat d’un véhicule roulant au GPL.

Le GNV (Gaz Naturel pour Véhicules) est un méthane stocké sous haute pression. Il n’émet ni soufre, ni poussière mais son utilisation et sa distribution reste laborieuse.

La pile à combustible . D’ici à 2020, vous pourriez conduire une voiture alimentée par une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène! Ce serait alors l’avènement de la voiture propre qui ne rejetterait que des particules d’eau. Rêve ou réalité? L’avenir seul le dira.

Pour l’heure, les spécialistes misent pour 2020 sur une voiture verte fonctionnant avec un moteur électrique et une pile à combustible alimentée à l’hydrogène. A suivre donc.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

    L’option Pile à Combustible (PAC) au méthane me paraît la plus appropriée pour 2 raisons
    – pour une question de plus de légèreté du véhicule (mini. de batteries, moteur électrique fiable) ;
    – parce que le méthane qui risque d’être dégazé dans le permafrost (il l’est déjà !) pose un vrai risque écologique de réchauffement climatique brutal, puisque 25 fois plus à effet de serre que le CO2.
    Malheureusement, nos gouvernant ne prennent pas tous les paramètres ensemble e jeu, y compris planétaires les plus risqués et les stations GNV sont quasiment inexistantes. Alors, que ce réseau existe déjà en bien des villes pour approvisionner en multi-sources (y compris renouvelables) tout réseau le nécessitant !
    Les PAC à hydrogène bien que plus efficaces sont dangereuses sur des voitures…, ce combustible, coûteux et peu économique à fabriquer sans rajout à l’effet de serre par extraction des hydrocarbures, les stations services coûteuses, dangereuses et peu crédibles.
    Je vote pour le méthane !

    Répondre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer