Les taxes liées à l’automobile représentent près de 90 milliards d’euros en France

Selon des données révélées jeudi par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), les taxes sur les véhicules à moteur rapportent 398,4 milliards d’euros aux pays européens. La France arrive seulement en 8ème position, loin derrière la Belgique, en tête du classement.

malus auto taxe essence diesel

Achat, immatriculation, circulation, carburants… Les taxes pèsent lourd dans le budget des automobilistes. Une étude de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), publiée jeudi, a évalué les recettes fiscales pour les gouvernements des principaux marchés du Vieux Continent à 398,4 milliards d’euros, un chiffre en hausse de 3% par rapport à l’année précédente.

Cependant, la taxation des véhicules à moteur n’est pas identique dans tous les pays européens. L’étude révèle ainsi que la Belgique enregistre les recettes fiscales les plus élevées avec 3 187€ par véhicule et par an. L’Autriche (2 678€) et la Finlande (2 523€) viennent ensuite compléter le podium. En bas du classement, on retrouve la Grèce (1 264€) et surtout l’Espagne (1 068€).

La France mieux lotie que certains de ses voisins

Quant à la France, ce chiffre s’élève à 1 911€ par véhicule et par an, ce qui la situe à la 8ème place à l’échelle européenne. Au total, les recettes fiscales dans l’Hexagone sont de 86,4 milliards d’euros, notamment dopées par la taxation sur les carburants, à hauteur de 43,1 milliards d’euros, soit le total le plus élevé dans les pays de l’Union européenne.

Selon le directeur général de l’ACEA Eric-Mark Huitema, « ces revenus devraient aider à financer l’infrastructure de recharge et de ravitaillement qui est maintenant nécessaire de toute urgence pour faire face à l’adoption rapide par le marché des véhicules à propulsion alternative », c’est-à-dire les véhicules électriques et hybrides rechargeables.