En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

PACA : 2e région la plus chère de France avec 619€/an

LeLynx.fr - mis à jour le

Grâce à l’étude des différents critères tarifant auprès d’un échantillon représentatif de 88 899 utilisateurs qui ont effectué une comparaison d’assurance auto sur LeLynx.fr en 2016, il est possible de décrypter les primes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais également par département.

Baromètre Auto 2017 PACA

La région PACA se distingue particulièrement par deux facteurs de risque : un taux de sinistralité plus élevé que la moyenne nationale, notamment dû à des collisions (63% contre une moyenne de 58%) et des actes de vandalisme (4% contre 3% ailleurs en France) ; ainsi qu’une concentration de la population dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants, comme Marseille, Nice, Toulon ou encore Aix-en-Provence (près de 30% des habitants de la région vivent dans une grande ville, contre une moyenne de 15% sur l’ensemble du territoire).

Cette forte concentration urbaine s’exprime par des tendances à risques :

  • Un parc de véhicules plus récents (9,6 ans contre 10 ans dans le reste du pays); particulièrement dans le Var et les Bouches-du-Rhône ;
  • Un large choix de couvertures auto au tiers (37% contre 33% au niveau national), notamment dans le Vaucluse et les Hautes-Alpes ;
  • Plus de garages fermés collectifs (12% contre 10% en moyenne en France), particulièrement dans les Alpes-Maritimes.

Seul critère différenciant qui tend vers une diminution de la prime régionale en PACA, la surreprésentation des profils de conducteurs seniors, qui sont globalement moins sinistrés et malussés que les autres catégories de la population.

Focus sur les départements Provence-Alpes-Côte d’Azur :

Bouches-du-Rhône (672€/an)

Les Bouches-du-Rhône est le troisième département le plus cher de France, avec une prime annuelle moyenne d’assurance auto 16% plus chère que la moyenne nationale de 580€/an.

  • Un taux de sinistres déclarés dans la moyenne nationale (22%, égal aux 22% en France), mais une part plus importante de vandalismes (5% contre 3% en moyenne) et de collisions (61% contre 58%) ;
  • Une forte concentration des populations dans les villes de plus de 100 000 habitants du département (48,8% contre 15,3% en moyenne en France) ;
  • Un parc automobile plus récent qu’ailleurs en France (9,4 ans en moyenne contre 10 ans dans l’ensemble du pays) ;
  • Un stationnement moins sécurisé avec une part moins importante de garages fermés individuels (35% contre 39% en France) face à une utilisation plus prononcées de parkings collectifs, en plein air comme fermés (respectivement 26% et 12% contre 20% et 10% ailleurs en France).

Vaucluse (554€/an)

La prime moyenne d’assurance auto du Vaucluse fait réduire la facture moyenne de la région grâce à une sinistralité inférieure à l’ensemble de la France et des modes de stationnements plus sécurisés.

  • Un taux de sinistres déclarés inférieur à la moyenne nationale (20,5% contre 22% en France) ;
  • Une part importante d’assurés retraités (9,4% contre 7% en moyenne en France) ;
  • Des véhicules globalement plus âgés que dans les autres départements (10,3 ans contre 10 ans en France) ;
  • La couverture au tiers est privilégiée par plus d’assurés (35% contre 33% en moyenne ailleurs en France) par rapport à l’assurance tous risques (42% contre 45%) ;
  • Les jardins clos privés sont davantage utilisés pour stationner un véhicule que dans l’ensemble de la France (20% contre 14% sur l’ensemble du pays) tandis que le stationnement sur la voie publique est nettement moins représenté (13% contre 17% en moyenne en France).

Var (558€/an)

Une sinistralité inférieure à la moyenne nationale permet au Var de réduire la prime annuelle moyenne d’assurance auto du département, malgré un parc automobile relativement récent.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années inférieur au reste de la France (21,3% contre 22% dans l’ensemble du pays) ;
  • Un parc automobile légèrement plus récent qu’ailleurs en France (9,8 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Une part importante de retraités parmi les assurés du département (11,7% contre 7% en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus avantageux (0,68 contre 0,70 en France) ;
  • La couverture au tiers est davantage privilégiée (37% contre 33% en France) ;
  • Un mode de stationnement plus sécurisée que la moyenne avec l’utilisation de jardins privés clos (20% contre 14% en France) et un intérêt plus faible pour le stationnement sur la voie publique (12% contre 17% en France).

Alpes-Maritimes (620€/an)

Une forte sinistralité, notamment en ce qui concerne les collisions, fait grimper la prime annuelle moyenne d’assurance auto des Alpes-Maritimes.

  • Un taux de sinistres déclarés supérieur à la moyenne nationale (22,3% contre 22% en France), avec une surreprésentation du nombre de collisions (64% contre 58% dans l’ensemble du pays) ;
  • Un parc automobile récent (9,2 ans en moyenne contre 10 ans en France) ;
  • Les jardins clos privés sont globalement délaissés pour le stationnement d’un véhicule (10% contre 14% en France) au profit des parkings fermés collectifs (14% contre 10% au niveau national).

Hautes-Alpes (548€/an)

Moins chère de 5% par rapport à la prime nationale, la prime moyenne d’assurance auto des Hautes-Alpes est impactée par un faible taux de jeunes conducteurs.

  • La part de jeunes conducteurs est sous la moyenne nationale (13% contre 15,1% en France) ;
  • Le nombre d’assurés retraités est plus important que dans l’ensemble de la France (9,8% contre 7% en moyenne) ;
  • Un taux de sinistres déclarés légèrement inférieur à la moyenne (21,6% contre 22% en France) ;
  • Un parc de véhicules plus âgé (10,3 contre 10 ans en France) ;
  • Les assurés privilégient un mode de stationnement plus sécurisé (45% utilisent un garage fermé individuel, contre 39% en France).

Alpes-de-Haute-Provence (527€/an)

Les Alpes-de-Haute-Provence affichent la prime moyenne d’assurance auto la moins chère de la région PACA, profitant d’une part élevée de retraités et d’un parc automobile vieillissant pour réduire la facture.

  • Une part plus importante de retraités (10,8% contre 7% en France) ;
  • Des véhicules assurés plus vieux que dans le reste du pays (10,8 contre 10 ans en France) ;
  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années légèrement inférieur à la moyenne (21,8% contre 22% en France), malgré une part importante dûe au stationnement (17% contre 11% au niveau national) ;
  • Moins de jeunes conducteurs qu’ailleurs en France (14% contre 15,1% en moyenne) ;
  • Une nette préférence pour la couverture au tiers (37% contre 33% en France) face à une couverture tous risques moins plébiscitée (43% contre 46%).

Méthodologie de l’étude : résultats obtenus sur un échantillon de 88 899 primes d’assurance auto cliquées par les utilisateurs de LeLynx.fr sur la période du 01/01/16 au 30/11/16.