En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Occitanie : une prime faible grâce à une sinistralité réduite (533€/an)

LeLynx.fr - mis à jour le

Grâce à l’étude des différents critères tarifant auprès d’un échantillon représentatif de 79 561 utilisateurs qui ont effectué une comparaison d’assurance auto sur LeLynx.fr en 2016, il est possible de décrypter les primes de la région Occitanie, mais également par département.

Baromètre Auto 2017 Occitanie

La région Occitanie bénéficie d’une sinistralité globalement basse, la troisième la plus faible du pays, avec 20,4% des assurés ayant déclaré au moins 1 sinistre au cours des 3 dernières années, contre presque 22% sur l’ensemble de la France. Le nombre de sinistres déclarés est également inférieur à la moyenne : seulement 1,52% d’entre eux ont déclaré 3 sinistres ou plus à leur assurance, contre 1,84% en moyenne en France.

D’autres tendances viennent jouer en faveur de la région :

  • Le coefficient de bonus-malus des assurés est en moyenne de 0,68, contre 0,70 sur l’ensemble de la France ;
  • L’âge des véhicules assurés dans la région est plus élevé que la moyenne nationale (10,4 années contre 10 ans au niveau du pays) ;
  • Ces véhicules sont davantage assurés au tiers que dans le reste de la France (35% contre 33% en moyenne) ;
  • Les stationnements protégés sont globalement privilégiés par les conducteurs (40% de garages fermés individuels, contre 39% en France, et 16% de jardins clos privés, contre 14% dans le reste du pays) ;
  • Une proportion de retraités plus importante que dans l’ensemble de la France (9,4% contre 7%) ;
  • Les jeunes conducteurs sont globalements moins représentés (12,85% en moyenne contre 15,14% au niveau national).

Focus sur les départements d’Occitanie

Aude (522€/an)

Le département de l’Aude présente le taux de sinistres déclarés le plus faible de France, ce qui place sa prime moyenne d’assurance auto sous la moyenne nationale.

  • Un taux de sinistres déclarés le plus faible de France (16,2% contre une moyenne nationale de 22%) ;
  • Une couverture au tiers privilégiée (39% contre 33% à l’échelle du pays) et une couverture tous risques sous représentée (39% contre 46%) ;
  • Une sous représentation des jeunes conducteurs (12,7% contre 15,1% en France) ;
  • Une part importante d’assurés retraités (13% contre 7% au niveau national ) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus avantageux qu’en moyenne en France (0,68 contre 0,70) ;
  • Des véhicules moins récents que le reste de la France (11,5 ans contre 10 ans en France).

Gard (556€/an)

Le Gard est le département où la prime d‘assurance est la plus élevée d’Occitanie. Elle reste cependant en dessous de la moyenne nationale grâce à une sinistralité en dessous de la moyenne nationale et une faible proportion de jeunes conducteurs.

  • Le taux de sinistres déclarés est légèrement inférieur à celui de la moyenne nationale (20,4% contre 22% à l’échelle de la France) ;
  • La part des jeunes conducteurs est sous la moyenne nationale (12,8% contre 15,1% en France) ;
  • Le nombre d’assurés retraités est plus important que dans le reste de la France (10% en moyenne contre 7%) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus avantageux qu’ailleurs en moyenne (0,68 contre 0,70 en France) ;
  • Une couverture au tiers privilégiée (36% contre 33% dans l’ensemble du pays ), au contraire d’une couverture tous risques sous représentée (42% contre 46%).

Hérault (547€/an)

L’Hérault se distingue par une faible sinistralité et une part moins importante de jeunes conducteurs que dans le reste de la France, qui permettent au département d’alléger la facture moyenne d’assurance auto.

  • Le taux de sinistres déclarés est inférieur à la moyenne nationale (20,2% contre 22% à l’échelle du pays) ;
  • Des jeunes conducteurs moins nombreux que dans le reste de la France (12,7% contre 15,1% pour la moyenne nationale) ;
  • Une part importante d’assurés retraités (9,6% contre 7% en France) ;
  • L’âge moyen des véhicules est supérieur à la moyenne nationale (10,2 ans contre 10 ans au niveau national) ;
  • La couverture privilégiée est celle au tiers (37% contre 33% en France), au contraire de la couverture tous risques (41% contre 46%).

Lozère (517€/an)

La prime annuelle moyenne d’assurance auto est inférieure de 11% à la moyenne nationale en Lozère, qui allège la facture grâce à modes de stationnement plus sécurisés et un parc automobile ancien.

  • Le taux de sinistres déclarés est légèrement supérieur à la moyenne nationale (23% contre 22% à l’échelle de la France) ;
  • Un mode de stationnement privilégiant le garage fermé individuel (48% contre 39% en moyenne) contre le parking fermé collectif qui est très peu utilisé (1% contre 10%) ;
  • Des véhicules légèrement plus anciens (10,9 ans contre 10 ans au niveau national) ;
  • Une part de jeunes conducteurs plus élevée qu’ailleurs en France (16,6% en moyenne contre 15,1%) ;
  • Le taux d’assurés retraités est plus important que dans le reste de la France (10,9% contre 7%) ;
  • Une couverture au tiers davantage plébiscitée (40% contre 33% en France).

Pyrénées-Orientales (532€/an)

Très proche de la moyenne de l’Occitanie, la prime annuelle moyenne d’assurance auto des Pyrénées-Orientales profite d’une faible sinistralité et d’une part moins importante de jeunes conducteurs qu’ailleurs dans le pays.

  • Un taux de sinistres déclarés inférieur à la moyenne nationale (18,8% contre 22% en France) ;
  • Une faible représentation des jeunes conducteurs (12,6% contre 15,1% à l’échelle du pays) ;
  • Une part des assurés retraités plus importante qu’ailleurs en France (12,3% contre 7% en moyenne) ;
  • Un coefficient de bonus-malus inférieur à la moyenne nationale (0,68 contre 0,70 au niveau national) ;
  • Des véhicules moins récents que dans le reste de la France en moyenne (10,7 ans contre 10 ans en France).

Ariège (495€/an)

L’Ariège est le 3ème département le moins sinistré de France. La forte proportion de retraités parmi les assurés allège également la prime moyenne d’assurance auto.

  • Un taux de sinistre déclarés nettement inférieur à la moyenne nationale (16,9% contre 22% en France) ;
  • Une forte présence de retraités dans le département (12,3% contre 7% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Un coefficient de bonus-malus faible (0,68 contre 0,70 en moyenne en France) ;
  • Un parc automobile peu puissant (6,8 CV contre 6,9 CV en moyenne dans l’hexagone) et ancien (11,4 ans contre 10 ans en France) ;
  • Une couverture au tiers favorisée (39% contre 33% en moyenne en France) à la différence de la couverture tous risques (40% contre 46% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Des véhicules davantage stationnés en garage individuel fermé et jardin clos privé (respectivement 44% et 21% contre 39% et 14% en moyenne en France).

Aveyron (502€/an)

L’Aveyron se distingue par une sinistralité légèrement supérieure à la moyenne nationale, mais la forte présence d’assurés retraités et un parc automobile plus ancien que la moyenne nationale font baisser la facture moyenne d’assurance auto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années proche de la moyenne nationale (22,3% contre 22% en France) ;
  • Une forte proportion de d’assurés retraités (11,2% contre 7% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Des véhicules assurés globalement anciens (11,1 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus inférieur à la moyenne nationale (0,68 contre 0,70 en France) ;
  • Un mode de stationnement en garage fermé individuel favorisé (56% contre 39% en moyenne en France), tandis que les véhicules sont moins stationné dans des parking collectifs fermé (3% contre 10% en moyenne dans l’Hexagone).

Gers (514€/an)

Une forte population retraitée accompagnée d’une faible représentation de jeunes conducteurs dans le Gers permettent au département d’alléger sa facture moyenne d’assurance auto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années supérieur à la moyenne (22,3% contre 22% en France) ;
  • Le 3ème département de France avec le moins de jeunes conducteurs (11,5% contre 15,1% à l’échelle nationale) ;
  • Une importante proportion d’assurés retraités (10,6% contre 7% en moyenne) ;
  • Un coefficient de bonus-malus inférieur à la moyenne (0,67 contre 0,70 en France) ;
  • Un parc de voitures ancien (10,9 ans contre 10 ans ailleurs en France) ;
  • La moitié des assurés utilisent un garage fermé individuel pour stationner leur véhicule assuré (50% contre 39% sur l’ensemble du pays).

Haute-Garonne (532€/an)

Le département de la Haute-Garonne possède une sinistralité égale à la moyenne nationale, mais la faible présence de jeunes conducteurs allège la facture de la prime moyenne de d’assurance auto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années égal à la moyenne nationale (22%) ;
  • Une faible proportion de jeunes conducteurs (12,9% contre 15,1% en moyenne en France) ;
  • Une coefficient de bonus-malus inférieur à la moyenne nationale (0,69 contre 0,70 en France) ;
  • Une couverture tous risques privilégiée (48% contre 46% en moyenne en France), contrairement à la couverture au tiers légèrement délaissée (32% contre 33% en France).

Hautes-Pyrénées (517€/an)

Le département des Hautes-Pyrénées se distingue par une faible sinistralité et un parc auto ancien qui jouent en faveur d’une prime moyenne d’assurance auto basse.

  • Un taux de sinistres déclarés inférieur à la moyenne nationale (20,8% contre 22% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Des véhicules plus anciens qu’ailleurs en France (11 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Une faible présence de jeunes conducteurs (13,2% contre 15,1% en moyenne en France) ;
  • Une proportion plus élevé de retraités que dans le reste de l’Hexagone (9,69% contre 7% en moyenne) ;
  • Un coefficient de bonus-malus légèrement plus bas que la moyenne nationale (0,68 contre 0,70 en France) ;
  • Des véhicules davantage stationnés en garage fermé individuel et jardin clos privé (respectivement 48% et 17% contre 39% et 14% en moyenne en France).

Lot (487€/an)

Le Lot figure parmi les 5 départements les moins chers de France. Sa faible sinistralité, mais aussi son coefficient de bonus-malus nettement inférieur à la moyenne nationale impacte la prime moyenne d’assurance auto du département.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années plus faible que la moyenne nationale (21,4% contre 22% en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus inférieur à la moyenne du pays (0,67 contre 0,70 en France) ;
  • Une faible proportion de jeunes conducteurs (11,9% contre 15,1% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Un nombre plus important d’assurés retraités (13,6% contre 7% en moyenne en France) ;
  • Un parc automobile plus ancien (10,8 ans contre 10 ans en moyenne dans l’Hexagone) ;
  • Des véhicules davantage stationnés en garage fermé individuel et jardin clos privé (respectivement 50% et 23% contre 39M et 14% en moyenne dans le reste du pays).

Tarn (501€/an)

Le département du Tarn affiche une prime moyenne d’assurance auto inférieure de 14% à la moyenne nationale, profitant d’une faible sinistralité et d’une faible population de jeunes conducteurs.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années inférieur à la moyenne (19,5% contre 22% en France) ;
  • Une faible proportion de jeunes conducteurs (13,4% contre 15,1% dans l’ensemble du pays) ;
  • Une part importante de retraités (10,3% contre en moyenne 7% en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus moyen inférieur au reste de la France (0,68 contre 0,70) ;
  • Un parc automobile plus ancien que la moyenne (10,9 ans contre 10 ans au niveau national).

Tarn-et-Garonne (532€/an)

Le département du Tarn-et-Garonne se distingue par des modes de stationnements plus sécurisés qu’ailleurs en France, qui allègent la facture moyenne d’assurance auto.

  • Des véhicules davantage stationnés en garage fermé individuel et en jardin clos privé (respectivement 45% et 23% contre 39% et 14% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Un taux de sinistres déclarés inférieur à la moyenne nationale (20,6% contre 22% en France) ;
  • Des jeunes conducteurs moins représentés (12,1% contre 15,1% en moyenne en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus faible qu’ailleurs en France (0,68 contre 0,70 en France) ;
  • Un parc automobile plus ancien (10,8 ans contre 10 ans en moyenne dans l’Hexagone).

Méthodologie de l’étude : résultats obtenus sur un échantillon de 79 561 primes d’assurance auto cliquées par les utilisateurs de LeLynx.fr sur la période du 01/01/16 au 30/11/16.