En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Hauts-de-France : la 2e plus forte sinistralité du pays (580€/an)

LeLynx.fr - mis à jour le

Grâce à l’étude des différents critères tarifant auprès d’un échantillon représentatif de 80 329 utilisateurs qui ont effectué une comparaison d’assurance auto sur LeLynx.fr en 2016, il est possible de décrypter les primes de la région Haut-de-France mais également par département.

Baromètre Auto 2017 Hauts-de-France

Alors qu’elle se place en quatrième position des régions les plus chère de France, les Hauts-de-France affichent la deuxième sinistralité la plus haute du pays. 23,6% des conducteurs ont déclaré à leur assureur au moins 1 sinistre au cours des 3 dernières années, contre 22% dans l’ensemble de la France. La part des assurés fortement sinistrés (plus de 3 sinistres au cours des 3 dernières années) est également plus importante dans cette région (1,9% contre 1,8% en moyenne dans l’Hexagone).

La région manifeste plusieurs autres tendances à risques :

  • Une part importante de jeunes conducteurs (16,6% en moyenne contre 15,1% au niveau national), particulièrement dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme ;
  • Une utilisation de la voie publique comme stationnement plus prononcée que dans le reste de la France (26% sur la région, contre en moyenne 17% dans le pays), par exemple dans l’Aisne et la Somme ;
  • Un coefficient de bonus-malus légèrement plus élevé que la moyenne nationale (0,71 contre 0,70), notamment dans le Nord.

Enfin, parce que les automobilistes résident moins dans les grandes villes qu’ailleurs en France (6,31% des assurés se trouvent dans une ville de plus de 100 000 habitants contre 15,27% en moyenne dans le pays), les Hauts-de-France parviennent à éviter une position sur le podium des villes les plus chères.

Focus sur les départements des Hauts-de-France :

Nord (599€/an)

Le Nord affiche la prime moyenne d’assurance auto la plus élevée des Hauts-de-France et se situe en 6ème position des départements où les jeunes conducteurs sont les plus nombreux.

  • Un taux élevé de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années (23,5% contre 22% au niveau national) ;
  • Une proportion de jeunes conducteurs plus importante qu’ailleurs en France (17,4% contre 15,1% en moyenne) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus élevé que la moyenne (0,72 contre 0,70 en France) ;
  • Des véhicules globalement moins puissants (6,7 CV contre 6,9 CV en moyenne) mais plus récents (9,9 ans contre 10 ans) que dans le reste de la France.

Pas-de-Calais (552€/an)

Une part importante de jeunes conducteurs dans la région Pas-de-Calais fait augmenter la prime moyenne d’assurance auto du département, qui reste pourtant la moins chère de la région Hauts-de-France.

  • Un taux de sinistres déclarés dans la moyenne nationale (22,1% contre 22% en France) ;
  • Une part de jeunes conducteurs élevée (16,7% contre 15,1% en moyenne dans le pays) ;
  • Un parc automobile plus âgé que la moyenne (10,4 ans contre 10 ans au niveau national) ;
  • Un stationnement plus sécurisé qu’ailleurs dans le pays (48% de garages fermés individuels contre 39% en France).

Aisne (555€/an)

Le département de l’Aisne se démarque par son parc automobile plus âgé que la moyenne française, qui lui permet de réduire la facture moyenne d’assurance auto, malgré une part plus importante de jeunes conducteurs qu’ailleurs en France.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années inférieur à la moyenne (19,4% contre 22% au niveau du pays) ;
  • Un parc automobile en moyenne plus puissant (7 CV contre 6,9 CV sur l’ensemble du territoire) mais également plus âgé (11,3 ans en moyenne contre 10 ans en France) qu’ailleurs en France.
  • Une part importante de jeunes conducteurs (15,9% contre 15,1% en France) ;
  • La couverture au tiers est privilégiée par plus d’assurés que dans l’ensemble de la France (36% contre en moyenne 33%) tandis que la couverture tous risques est moins plébiscitée (41% contre 46%) ;
  • Les assurés utilisent davantage la voie publique comme mode de stationnement que le reste de la France (22% contre 17% en moyenne).

Oise (591€/an)

L’Oise dispose d’une des sinistralités les plus hautes du pays, impactant fortement le tarif moyen d’assurance auto du département, plus élevé que la moyenne nationale.

  • Le 6ème taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années le plus haut de France (24,4% contre en moyenne 22%) ;
  • Une part de jeunes conducteurs inférieure à la moyenne (14,3% contre 15,1% en France) ;
  • Un parc de véhicules assurés plus récent que dans l’ensemble du pays (9,8 ans contre 10 ans à l’échelle nationale) ;
  • La couverture au tiers est moins choisie par les assurés qu’ailleurs en France (28% contre 33% en moyenne) tandis que la couverture tous risques est davantage représentée (48% contre 46%) ;

Somme (557€/an)

La prime moyenne d’assurance auto dans le département de la Somme se situe sous la moyenne nationale, malgré une forte sinistralité et une importante présence de jeunes conducteurs.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années supérieur à la moyenne (23,6% contre 22% à l’échelle du pays) ;
  • Une proportion plus importante de jeunes conducteurs qu’ailleurs en France (17,2% contre 15,1% au niveau national) ;
  • Un parc automobile moins puissant (6,8 CV contre 6,9 CV en France) et plus ancien (10,6 ans contre 10 ans) que dans le reste du pays ;
  • Une part importante de stationnements en garage fermé individuel (43% contre en moyenne 39%) mais aussi sur la voie publique (22% contre 17%).
Méthodologie de l’étude : résultats obtenus sur un échantillon de 80 329 primes d’assurance auto cliquées par les utilisateurs de LeLynx.fr sur la période du 01/01/16 au 30/11/16.
Plus de détails sur ce thème