En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Bourgogne-Franche-Comté, une région touchée par les catastrophes naturelles (552€/an)

LeLynx.fr - mis à jour le

Grâce à l’étude des différents critères tarifant auprès d’un échantillon représentatif de 26 412 utilisateurs qui ont effectué une comparaison d’assurance auto sur LeLynx.fr en 2016, il est possible de décrypter les primes de la région Bourgogne-Franche-Comté, mais également par département.

Baromètre Auto 2017 Bourgogne Franche-Comté

Les assurés de Bourgogne-Franche-Comté déclarent un peu moins de sinistres que le reste des Français (20,7% contre 22%). La région se démarque également par un nombre plus élevé de sinistres dus aux événements naturels (4% contre 2% en moyenne à l’échelle du pays).

Plusieurs critères de tarification jouent cependant en faveur des assurés de Bourgogne-Franche-Comté :

  • Un parc de véhicules plus ancien qu’ailleurs en France (10,4 ans en moyenne contre 10 ans pour l’ensemble du pays), particulièrement dans la Nièvre, l’Yonne et la Haute-Saône ;
  • Des assurés plus présents dans les petites villes (45,4% habitent dans une ville de moins de 2 000 habitant, quand la moyenne nationale est à 20,3%) ;
  • Les automobilistes choisissent majoritairement un mode de stationnement protecteur : 46% garent leur véhicule dans un garage fermé (seulement 39% en moyenne en France), par exemple en Haute-Saône et dans le Doubs.

Un dernier comportement des assurés vient engendrer une hausse de la prime : 49% privilégient la couverture tous risques (la plus chère et la plus couvrante), contre 46% en moyenne en France.

Focus sur les départements de Bourgogne-Franche-Comté :

Nièvre (508€/an)

La Nièvre est le département le moins cher de Bourgogne-Franche-Comté notamment en raison d’un parc automobile ancien et un mode de stationnement plus sûr.

  • Des véhicules plus anciens que dans le reste du pays (11,5 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Des véhicules stationnés davantage en garage individuel (47% contre 39% en moyenne en France) ;
  • Un taux de sinistres déclarés inférieur à la moyenne nationale  : (22,1% contre 22% en France), avec une surreprésentation du nombre de sinistre dus aux événements naturels (6% contre 2% dans l’ensemble du pays) ;
  • Une proportion de jeunes conducteurs légèrement inférieure à la moyenne nationale (14,9% contre 15,1% en France) ;
  • Les assurés favorisent une couverture au tiers (35% contre 33% en moyenne dans l’Hexagone), délaissant la couverture tous risques (42% contre 46% en France).

Yonne (527€/an)

Une faible sinistralité et un parc automobile âgé font bénéficier l’Yonne d’une prime annuelle moyenne d’assurance auto faible par rapport à la moyenne nationale.

  • Un parc de voitures plus ancien qu’ailleurs en France (11,5 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Un faible taux de sinistres déclarés par rapport à la moyenne nationale (19,8% contre 22%) ;
  • Une part moins importante de jeunes conducteurs que dans l’ensemble de la France (14,7% contre 15,1% en France) ;
  • Des modes de stationnements davantage sécurisés en garages fermés individuels et en jardins clos privés (respectivement 44% et 22% contre en moyenne 39% et 14% dans l’Hexagone).

Côte-d’Or (560€/an)

Le département de la Côte d’Or possède une sinistralité légèrement supérieure à la moyenne, notamment dû à la forte proportion de collision mais aussi à la surreprésentation des jeunes conducteurs.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années légèrement supérieure à la moyenne nationale (22,1% contre 22% en France), avec une surreprésentation du nombre de sinistre dus aux collisions (65% contre 58% dans l’ensemble du pays) ;
  • Une surreprésentation des jeunes conducteurs (16,4% contre 15,1% en moyenne en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus supérieur que dans le reste du pays (0,71 contre 0,70 en moyenne en France) ;
  • Une couverture tous risques privilégiée par les assurés (50% contre 46% en moyenne en France) tandis que la couverture minimum au tiers est peu favorisée (30% contre 33 % en moyenne en France) ;
  • Des véhicules stationnés davantage en garage fermé individuel (41% contre 39% en moyenne dans le reste du pays).

Saône-et-Loire (531€/an)

Une sinistralité inférieure à la moyenne nationale vient alléger la facture d’assurance auto moyenne de la Saône-et-Loire, moins chère de 9% par rapport à la prime moyenne du pays.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années faible (19,7% contre 22% en moyenne en France) ;
  • Des voitures assurées globalement plus âgés que dans le reste du pays (10,6 ans en moyenne contre 10 ans en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus plus avantageux que la moyenne nationale (0,69 contre 0,70 dans le pays) ;
  • Des modes de stationnement privilégiant les garages fermés individuels (45% contre en moyenne 39%) et les jardins clos privés (19% contre 14%).

Jura (533€/an)

Malgré une couverture tous risques largement favorisée dans le Jura, la facture d’assurance auto moyenne du département est amortie par une faible sinistralité.

  • Un faible taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années (20,2% contre 22% en moyenne dans le pays) ;
  • La moitié des assurés choisissent une couverture tous risques (50% contre 46% en France) ;
  • Un parc automobile de voitures plus puissantes que la moyenne (7,1 CV contre 6,9 CV ailleurs en France) ;
  • Le stationnement est plus sécurisé qu’ailleurs avec une part importante de garages fermés individuels (49% contre 39% en France) et de jardins clos privés (16% contre 14%).

Doubs (606€/an)

Le département du Doubs est le plus cher de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le taux de sinistralité plus élevé qu’ailleurs en France mais également le parc de véhicule plus récents impactent la prime moyenne d’assurance auto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années supérieure au reste du pays (22,7% contre 22% en moyenne en France) ;
  • Des véhicules plus récents qu’ailleurs dans l’Hexagone (9,6 ans contre 10 ans en moyenne en France) ;
  • Un parc de véhicules plus puissants (7 CV contre 6,9 CV en moyenne en France) ;
  • Une couverture tous risques favorisée (51% contre 46% en moyenne en France) tandis que la couverture minimum au tiers peu privilégiée (30% contre 33% en moyenne dans le reste du pays) ;
  • Un stationnement en garage fermé individuel favorisé (50% contre 39% en moyenne en France) et peu de véhicules stationnés sur la voie publique (8% contre 17% en moyenne dans le reste du pays).

Haute-Saône (511€/an)

La Haute-Saône profite du plus faible taux de sinistralité de la région, ce qui lui permet d’alléger considérablement la facture, malgré une part importante de jeunes conducteurs et de couvertures tous risques.

  • Le taux de sinistres déclarés le plus bas de la région (18,4% contre 22% en France) ;
  • Une part de jeunes conducteurs plus importante que la moyenne (16,7% contre 15,1% au niveau national) ;
  • Une couverture tous risques plébiscitée par la moitié des assurés (50% contre 46% en moyenne) ;
  • Le troisième meilleur coefficient de bonus-malus de France (0,67 contre en moyenne 0,70) ;
  • Un parc automobile plus âgé que la moyenne (10,6 ans contre 10 ans dans l’ensemble du pays) ;
  • Une large majorité des assurés privilégient un stationnement dans un garage fermé individuel (58% contre 39% France).

Territoire de Belfort (576€/an)

Le Territoire de Belfort se distingue du reste du pays par une faible sinistralité mais le coefficient de bonus-malus plus élevé qu’ailleurs en France influence à la hausse la moyenne de la prime auto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années inférieur à la moyenne nationale (20,7% contre 22 en France) ;
  • Un coefficient de bonus-malus supérieur au reste du pays (0,71 contre 0,70 en moyenne en France) ;
  • Une proportion de jeunes conducteurs plus faible (13,5 % contre 15,1% en moyenne dans l’Hexagone) ;
  • Une couverture tous risques favorisée (48% contre 46% en France) contrairement à la couverture au tiers peu plébiscitée (32% contre 33%).
Méthodologie de l’étude : résultats obtenus sur un échantillon de 26 412 primes d’assurance auto cliquées par les utilisateurs de LeLynx.fr sur la période du 01/01/16 au 30/11/16.
Plus de détails sur ce thème