En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les principaux critères tarifant de l’assurance auto

LeLynx.fr - mis à jour le

En matière d’assurance auto, le calcul de la prime par les assureurs dépend de 3 critères principaux : le profil du conducteur, le véhicule à assurer et son usage. Les tarifs des contrats d’assurance auto peuvent varier de plusieurs centaines d’euros d’un assuré à l’autre. Explications.

Sinistralité : corrélation avec les primes moyennes

Mais comment expliquer plus concrètement ces disparités tarifaires à l’échelle du territoire ? Un des critères les plus déterminants est le nombre de sinistres déclarés par les automobilistes au cours de l’année passée. Ainsi, la courbe des primes par régions suit celle de la sinistralité.

Conducteurs : les profils à risques

Autre critère essentiel : le profil du conducteur. Plus un assuré est inexpérimenté (un « jeune conducteur » est un automobiliste qui a moins de 3 ans de permis dans le jargon des assureurs), plus sa prime d’assurance sera élevée. Idem pour un conducteur résilié ou malussé, qui devra débourser davantage pour s’assurer à garantie équivalente.

La raison de cette « discrimination » : le risque (au sens assurantiel du terme) que ces conducteurs représentent pour les assureurs. En clair : plus les chances pour un assuré de provoquer un accident sont fortes, plus sa prime sera salée en prévision de la réalisation du risque et des indemnités que l’assureur devra lui verser.  

Véhicules : les caractéristiques à risques

Le profil du véhicule joue également un rôle important dans la détermination de la prime d’assurance. Toujours dans cette optique de prévision du risque, les assureurs font payer plus cher les clients qui possèdent des voitures puissantes (risque d’accident accru) ou qui ont de la valeur (remboursement supérieur en cas de vol, d’accident ou d’incendie).

Conseil Malynx ! Ainsi, LeLynx.fr recommande généralement aux jeunes conducteurs – qui sont déjà considérés comme des profils à risques – de miser sur une petite citadine d’occasion plutôt que sur une berline neuve.

Le mode de stationnement

La nature du stationnement du véhicule a également une incidence sur la prime d’assurance auto. Plus le véhicule est protégé – la nuit notamment – (garage fermé, jardin clos privatif…), moins la prime d’assurance sera élevée. En revanche, les garages et les parkings collectifs, ainsi que les voitures qui dorment dans la rue, représentent un risque accru pour les assureurs.

Conseil Malynx ! Selon une précédente étude de LeLynx.fr, les 3 marques auto préférées des Français en 2016 étaient Mercedes, Mini et BMW. Lire l’étude complète

Le niveau de couverture d’assurance auto

Enfin, l’étendue de la couverture choisie par les assurés influe évidemment sur la moyenne des primes. De l’assurance auto au tiers (contrat le moins cher qui ne comprend que la responsabilité civile) à l’assurance auto tous risques (contrat le plus cher qui protège le véhicule et le conducteur en cas de sinistre), en passant par le contrat tiers intermédiaire (qui comme son nom l’indique est à mi-chemin entre le tiers et le tous risques), il peut y avoir plusieurs centaines d’euros de différence en fonction des assureurs.