En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Quelles voitures possèdent les électeurs des partis politiques ?

Un sondage Ifop pour Le Point a révélé quelles voitures étaient le plus prisées par les électeurs des principaux candidats à la présidentielle de 2017.

marche auto france

« Dis-moi en quoi tu roules, je te dirai pour qui tu votes ». C’est le titre du sondage réalisé par l’Ifop et publié dans le magazine Le Point, cette semaine. Le but de cette étude est de voir un lien entre le choix de la voiture et l’orientation politique. Pour cela, deux données doivent être récupérées : la marque du constructeur et le candidat choisi en 2017 : Macron, Le Pen, Fillon et Mélenchon.

Ainsi, un électeur de l’actuel président Emmanuel Macron aura tendance à rouler en Toyota. En effet, 30% des propriétaires de Toyota ont choisi le candidat En Marche. Il faut dire que la firme japonaise propose de nombreux modèles hybrides. Ceux qui roulent en Renault étaient 28% à opter pour Macron, suivis des conducteurs de Volkswagen (26%) et Citroën (25%).

Quelle voiture choisir pour un jeune conducteur ?
Lire l'article

Le choix de l’auto est surtout économique

Les électeurs de Marine Le Pen, selon ce sondage, ne choisissent pas vraiment les marques françaises. Ceux qui ont acheté une Audi étaient 30% à élire la candidate du RN. Viennent ensuite le constructeur américain Ford (27%), la marque japonaise Nissan (27%) et allemande Opel (26%). François Fillon, autre candidat de droite, était très apprécié par les conducteurs de BMW (28%), Mercedes (26%) et Audi (26%).

Enfin, les conducteurs de Dacia, la marque discount de Renault, ont opté pour Jean-Luc Mélenchon. Ceux qui roulent en Opel ont aussi voté à 28% pour le candidat de la France Insoumise. Comme le note Michel Holtz dans son billet d’humeur sur Caradisiac, ce sondage ne révèle pas tant une dimension politique dans le choix de sa voiture qu’une pure logique économique et sociale. Il y a plus de chance de trouver un électeur de Fillon dans une BMW que dans une Dacia Logan.